Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Amériques

Les étudiants chiliens portent le combat de la rue au Congrès

© Twitter | Camila Vallejo, élue députée dimanche.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 18/11/2013

Quatre ex-leaders de la contestation étudiante de 2011, qui réclamaient une éducation gratuite, ont été élus députés lors des élections législatives de dimanche. Leur objectif : lutter contre le système depuis l'intérieur.

Ce sont les grands vainqueurs des élections chiliennes du 17 novembre : Camila Vallejo, Karol CariolaGiorgio Jackson et Gabriel Boric. Si Michelle Bachelet n'a pas remporté l'élection présidentielle dès le premier tour, ces quatre anciens leaders de la contestation étudiante ont été élus députés lors des élections législatives du même jour. 

Tous les quatre avaient beaucoup fait parler d'eux du temps de la contestation étudiante au Chili, qui a dénoncé sans relâche un système éducatif à deux vitesses, public-privé. Depuis la chute de la dictature (1973-1990), le pays n'avait pas connu un mouvement semblable, avec plus de 40 manifestations depuis 2011.

En entrant à la chambre basse du Congrès en mars prochain, les jeunes députés entendent lutter contre le système de l'intérieur. Figure de proue de la contestation étudiante, Camila Vallejo a remporté un siège au Congrès avec 43 % des votes dans la circonscription populaire de La Florida, dans la banlieue de Santiago où elle est née. Cette militante communiste de 25 ans, ancienne présidente de la Fédération étudiante de l'université du Chili en 2011 (FRCh), s'est présentée sous les couleurs de la Nouvelle majorité de Michelle Bachelet, qui a repris la gratuité dans l'éducation comme thème de campagne pour la présidentielle.

Nouvelle génération politique

Sa camarade de lutte, l'ancienne présidente de la fédération étudiante de l'Université de la ville de Concepcion (FEC), Karol Cariola, a également remporté un siège avec 38 % des suffrages. Militante du Parti communiste, elle était candidate dans la 19e circonscription, étiquettée en tant qu'Indépendante affiliée à la Nouvelle majorité.

La plus belle performance revient à l'ancien président de la Fédération étudiante de l'université catholique (FEUC), Giorgio Jackson, jeune de 26 ans, qui a récolté 46 % des suffrages dans la 22e circonscription de Santiago. Son parti indépendant, Révolution démocratique, a reçu le soutien implicite de la coalition de centre-gauche de la Nouvelle majorité de Michelle Bachelet, qui n'avait pas présenté de candidat face à lui. 

Dernière figure du mouvement étudiant qui a réussi à faire son entrée à la chambre basse du Congrès : Gabriel Boric, ancien président de la FECh en 2012 et aujourd'hui député sans étiquette, élu avec 26 % des voix dans la 60e circonscription de la capitale.

Leur entrée au Congrès marque incontestablement le changement de génération au sein de la classe politique du pays. Les résultats de la présidentielle en attestent également puisque l’ex-socialiste Marco Enríquez-Ominami, qui a également fait partie du mouvement étudiant, est arrivé en troisième position (10,93 %), juste devant l’outsider, l’économiste et entrepreneur Franco Parisi (10,13 %). 

Leur combat, qui ne se joue plus dans la rue mais au Congrès, continue sans relâche. "L'éducation a été mon leitmotiv pour pouvoir entrer au Parlement, mais nous avons avancé et il y a d'autres dossiers, les retraites, la santé, l'environnement, qui traversent la même crise que l'éducation", a commenté Camila Vallejo. De son côté, Giorgio Jackson affirmait pendant la campagne ne pas vouloir "être spectateur, mais acteur, et être acteur c'est assumer des responsabilités et pouvoir agir".

Trahison

Leur nouveau terrain politique est toutefois mal perçu chez certains étudiants, qui y voit une trahison. C'est notamment le cas de Melissa Sepulveda, qui a succédé à Camila Vallejo à la présidence de la FECh. Avant le scrutin, elle a affirmé à la radio chilienne ne voter "ni pour Giorgio Jackson ni pour Camila Vallejo", et a assuré que "la possibilité du changement ne se trouve pas au Congrès".

Pour cause, Camila Vallejo qui avait assuré en janvier 2012 que "jamais elle ne serait disposée à faire campagne pour Michelle Bachelet ni à appeler la jeunesse à voter pour elle", a fini par se rallier à la candidate socialiste, quasiment assurée d'être réélue présidente après un premier mandat (2006-2010).

La nouvelle députée, qualifiée par le "New York Times" de "révolutionnaire la plus glamour de la planète" se défend : C'est "une décision politique que nous assumons pour pouvoir rendre viables les demandes de la rue dans un futur gouvernement", a-t-elle assuré. 

Avec dépêches AFP

Première publication : 18/11/2013

  • PRÉSIDENTIELLE AU CHILI

    Une victoire pas si facile pour Michelle Bachelet

    En savoir plus

  • UNE SEMAINE AUX AMERIQUES

    Présidentielle au Chili : deux amies pour un seul fauteuil

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AU CHILI

    Quarante ans après le coup d’État de Pinochet, la droite en lambeaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)