Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

Moyen-orient

François Hollande devant la Knesset : "la paix sera votre plus grande victoire"

© Capture d'écran

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 19/11/2013

Dans le cadre de sa tournée au Proche-Orient, François Hollande s'est exprimé devant le Parlement israélien. Tout en rappelant l'amitié franco-israélienne, il a insisté sur la nécessité d'un "accord définitif de paix" entre Israël et Palestine.

Dans son discours d’une vingtaine de minutes prononcé devant le Parlement israélien ce lundi, François Hollande, en tournée au Proche-orient, a insisté sur les grands enjeux de la diplomatie internationale : la paix et la sécurité.

Applaudi à plusieurs reprises, le président français a d’abord rendu un hommage soutenu à ses hôtes, louant la démocratie,  l’indépendance, l’innovation, ou encore l’esprit pionnier des Israéliens. "Si Israël existe, vous ne le devez qu’à vous-même. Je veux donc rendre hommage à tout le peuple juif", a déclaré solennellement François Hollande en incipit. 
 
L’amitié franco-israélienne
 
Le président français a insisté sur l’amitié qui lie historiquement les deux pays : "La France a toujours été du côté d’Israël pour affirmer son droit à l’existence et 65 ans après, je viens exprimer ici, au nom de la France, l’amitié de la France pour Israël." Une amitié qui doit se concrétiser par un renforcement des partenariats économiques, commerciaux et culturels entre les deux nations que le président a appelé de ses vœux.
 
Revenant sur l’attaque de l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse en mars 2012, qui a fait quatre morts dont trois enfants "tués parce qu’ils étaient juifs",  François Hollande a rappelé que la France "combat de toute ses forces l’antisémitisme, où qu’il se déploie." Il a annoncé qu’il se rendrait mardi dans le cimetière israélien où les victimes de la tuerie sont enterrées, pour leur rendre hommage.

En vidéo : François Hollande : "La France combat de toutes ses forces l'antisémitisme"

"La colonisation doit cesser"
 
Sur la question de la paix au Proche-Orient, le président français a enfin plaidé pour "deux États pour deux peuples", qui partageraient Jérusalem pour capitale. "La position de la France est connue. C'est un règlement négocié pour que les États d'Israël et de Palestine, ayant tous deux Jérusalem pour capitale, puissent coexister en paix et en sécurité", a déclaré M. Hollande dans son discours.
 
Se défendant de se poser en donneur de leçon, il s’est néanmoins montré ferme sur la question des colonies : "la colonisation doit cesser car elle compromet la solution des deux Etats", a-t-il estimé, à l'intention du gouvernement israélien, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu l'a précédé à la tribune.
 
Il a également appelé le président palestinien Mahmoud Abbas, qui l'a reçu auparavant à Ramallah, en Cisjordanie, à consentir à des "efforts", et à faire preuve de "réalisme sur tous les sujets".
 
"La paix requiert du courage, plus que la guerre. Elle exige de la volonté, celle de vaincre ses propres blessures, ses deuils, ses peurs. Elle suppose de la confiance - le plus dur : dans l’autre, dans l’avenir, en soi- même, en ses alliés et ses amis (…) La paix ce sera votre plus grande victoire" a proclamé François Hollande.
 
En vidéo : François Hollande : "Deux États pour deux peuples"
 
Les grands enjeux de la diplomatie : la paix et la sécurité
 
François Hollande a précédemment passé en revue les grands enjeux au cœur de la diplomatie internationale : le nucléaire iranien, le terrorisme, la guerre en Syrie et, bien sûr, le processus de paix israélo-palestinien.
 
Sur la question du nucléaire iranien, François Hollande s’est montré sans équivoque : "la France ne laissera pas l’Iran se doter de l’arme nucléaire", ajoutant que Paris maintiendra "les sanctions tant que nous n’aurons pas la certitude du renoncement définitif et irréversible de l’Iran à son programme nucléaire militaire".
 
Toutefois, le président a insisté sur la nécessité de la négociation et de la diplomatie, désavouant indirectement la solution militaire déjà évoquée par Benjamin Netanyahou : "la diplomatie est celle qui permet d’arriver à un accord sans arriver à un embrasement", a rappelé M. Hollande.

En vidéo : François Hollande sur l'Iran : "Nous maintiendrons les sanctions"

Première publication : 18/11/2013

  • PROCHE-ORIENT

    François Hollande "demande l'arrêt total et définitif de la colonisation" israélienne

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    François Hollande en Israël : "La France ne cédera pas" sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël s'apprête à dérouler le tapis rouge à François Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)