Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Réforme du travail : Macron à l'épreuve du feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Diane Kruger en compétition avec "In the Fade"

En savoir plus

FOCUS

Afrique de l'Ouest : un navire pour lutter contre le pillage de la pêche

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : au cœur de la bataille de Mossoul, autopsie d'un chaos

En savoir plus

MODE

Expos, défilé, livre : Jacquemus déclare son amour à Marseille

En savoir plus

Moyen-orient

François Hollande "demande l'arrêt total et définitif de la colonisation" israélienne

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/11/2013

François Hollande a donné lundi une conférence de presse à Ramallah avec le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Le président a demandé "l'arrêt total et définitif de la colonisation" israélienne dans le cadre du processus de paix.

 
Dans le cadre de sa tournée au Proche-Orient, le président François Hollande s’est rendu lundi 18 novembre à Ramallah où il a été accueilli par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et le chef de la délégation aux négociations de paix avec Israël, Saëb Erakat.
 
Lors d'une conférence de presse commune avec Mahmoud Abbas, le chef de l'État français a demandé "l'arrêt total et définitif de la colonisation" israélienne dans les Territoires occupés. Un message martelé à plusieurs reprises depuis le début de sa visite dans la région. Il a jugé que "la colonisation complique les négociations (de paix) et rend difficile la solution à deux États" israélien et palestinien vivant côte à côte. 
 
François Hollande sur la colonisation israélienne
Paris soutient le processus de négociation, qui est en cours depuis trois mois, entre Palestiniens et Israéliens, sous l’égide de Washington, censé trouver une paix durable, fondée sur la reconnaissance mutuelle des deux États.
 
"Solution réaliste"
 
Exigeant de toutes les parties à faire des "gestes", François Hollande a appelé à une "solution réaliste" pour les réfugiés palestiniens, une autre pomme de discorde entre Israël et les Palestiniens. "Vive l’amitié entre la France et la Palestine", a conclu le président français en arabe.
 
À l’entame de sa visite d'une demi-journée à Ramallah, où cinq accords bilatéraux ont été signés, dont une convention d'aide budgétaire pour 2013 d'un montant de 9 millions d'euros, et une déclaration d'intention de création d'un lycée français à Ramallah,
il a déposé une gerbe au mausolée du dirigeant historique palestinien Yasser Arafat, décédé en novembre 2004. Un geste qui constitue une première très symbolique pour un président français. 
 
Le président français, qui a ensuite rencontré à Jérusalem-Est des dignitaires chrétiens et des personnalités palestiniennes à l'église Sainte-Anne des Croisés, conclura sa visite en Cisjordanie en s'adressant aux jeunes et à la société civile au centre Mahmoud Darwich, du nom du grand poète national palestinien.
 
François Hollande est de nouveau attendu dans l'après-midi à Jérusalem pour prononcer un discours à la Knesset, le Parlement israélien, dans lequel il doit, selon son entourage, réaffirmer l'amitié de la France et son attachement à la sécurité d'Israël, mais aussi délivrer un "message fort" sur le processus de paix et un "message très clair" sur le programme nucléaire iranien.
 
Avec dépêches AFP et REUTERS

 

Première publication : 18/11/2013

  • PROCHE-ORIENT

    François Hollande en Israël : "La France ne cédera pas" sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël s'apprête à dérouler le tapis rouge à François Hollande

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : l'intransigeance de la France critiquée à Genève

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)