Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Moyen-orient

Un groupe lié à Al-Qaïda revendique le double attentat-suicide à Beyrouth

© AFP

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2013

Un double attentat-suicide a fait au moins 23 morts et près de 150 blessés, mardi, dans le sud de Beyrouth, devant l'ambassade d'Iran, dans un secteur contrôlé par le Hezbollah chiite. Un groupe d'Al-Qaïda a revendiqué l'attaque sur Twitter.

Au moins 23 personnes ont été tuées et près de 150 autres ont été blessées, mardi 19 novembre, dans un double attentat-suicide dans un quartier à majorité chiite de Beyrouth, devant l'ambassade d'Iran. "Ce n'est pas un bilan définitif", a affirmé le ministre de la Santé libanais,Ali Hassan Khalil.

En outre, l'attaché culturel de l'ambassade iranienne a péri dans l'attaque, indique une source gouvernementale. "Cheikh Ibrahim Ansari entrait dans les bâtiments de l'ambassade quand l'explosion s'est produite. Il a été grièvement blessé, puis est décédé à l'hôpital", a indiqué à l'AFP la source sous le couvert de l'anonymat.

Un groupe lié à Al-Qaïda revendique l'attaque

Un groupe lié au réseau terroriste d'Al-Qaïda, les "brigades Abdallah Azzam", ont revendiqué "le double attentat-suicide" sur Twitter. "Les brigades Abdallah Azzam (...) sont responsables de l'attaque contre l'ambassade d'Iran à Beyrouth", dit le cheikh Sirajeddine Zreikat, un porte-parole du groupe, sur le réseau social. "Il s'agit d'une double attaque pour laquelle deux de nos héros, des sunnites du Liban, sont tombés en martyrs", a ajouté Sirajeddine Zreikat.

"Les opérations vont se poursuivre jusqu'à ce que le parti d'Iran (le Hezbollah, NDLR) retire ses combattants de Syrie", écrit-il encore tout en exigeant aussi la libération de "[ses] partisans des prisons de l'injustice au Liban".

Les deux explosions se sont produites peu avant 10h00 (08h00 GMT) dans le quartier de Jnah, dans le sud de Beyrouth. Selon l'armée libanaise, un kamikaze a été à l'origine d'une première déflagration devant la façade de l'ambassade et une voiture piégée, conduite par un autre kamikaze, a explosé quelques minutes plus tard, deux bâtiments plus loin.

Téhéran accuse Israël

Les images diffusées par les médias locaux de ce quartier, considéré comme un fief du Hezbollah, le puissant mouvement politico-militaire chiite, montrent des scènes chaotiques, des voitures en feu et des personnes blessées.

La guerre en Syrie, voisine du Liban, a exacerbé les tensions entre les sunnites et les chiites du Liban, en particulier le Hezbollah, allié de l'Iran, qui s'est engagé à combattre aux côtés de Damas aussi longtemps que nécessaire. Il s'agit du troisième attentat visant un bastion du parti de Hassan Nasrallah depuis l'été.  C'est en revanche la première attaque visant l'Iran depuis le début du conflit en Syrie, où Téhéran a dépêché des experts militaires.

Si Téhéran a imputé l'attaque de ce mardi à Israël, la Syrie a de son côté accusé, sans les nommer, les pays du Golfe hostiles à Damas d'en être les instigateurs. "Le gouvernement syrien condamne fermement l'acte terroriste perpétré près de l'ambassade iranienne à Beyrouth", a indiqué la télévision syrienne soulignant que "l'odeur du pétrodollar se dégageait de tous les actes terroristes frappant la Syrie, le Liban et l'Irak", faisant visiblement référence notamment à l'Arabie saoudite et au Qatar qui soutiennent la rébellion syrienne.

Condamnations de l'attaque

L'Élysée a condamné avec "la plus grande fermeté l’attentat sanglant qui s’est produit devant l’ambassade d’Iran à Beyrouth", et a présenté "ses profondes condoléances aux familles des victimes et sa solidarité aux autorités libanaises et iraniennes".

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a, lui, appelé les Libanais à "agir avec retenue et à soutenir les institutions de l'État, notamment les forces de sécurité", après l'attentat.

Avec dépêches AFP et REUTERS

 

 

Première publication : 19/11/2013

  • PROCHE-ORIENT

    Liban : la guerre en Syrie exacerbe les tensions entre alaouites et sunnites

    En savoir plus

  • SYRIE - LIBAN

    Syrie : le Hezbollah se prépare à livrer bataille pour la reconquête de Qalamoun

    En savoir plus

  • LIBAN

    François Hollande : "Le Liban doit être tenu à l'écart" du conflit en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)