Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

SPORT

Deux ans après la révolution, le football égyptien plongé dans une grave crise

Vidéo par Pierrick LEURENT , Kathryn STAPLEY

Texte par Yann BUXEDA , Pierrick LEURENT

Dernière modification : 19/11/2013

L’Égypte affronte le Ghana, mardi, pour tenter d’obtenir son billet pour le Mondial-2014 au Brésil, après avoir perdu le match aller 6-1. Une déroute à l’image de l’état du football national, en crise depuis la révolution de 2011.

Violences dans les stades, compétitions suspendues depuis des mois... Le football égyptien subit actuellement la pire crise de son histoire. Une asphyxie qui touche également l’équipe nationale. Les Pharaons, balayés par le Ghana 6-1 lors du match aller des barrages qualificatifs pour le Mondial-2014, n’ont pratiquement plus aucune chance de se rendre au Brésil en juin prochain.

La déroute de cette sélection historique du football africain est à l’image de ce qui se passe au niveau national. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 se sont rendus à l’entraînement de l’équipe de Zamalek, l’un des deux grands clubs du Caire. S’entraîner, l’activité désormais principale des joueurs de cette équipe, qui n’ont que très rarement l’opportunité de participer à des compétitions.

Une situation qui impacte lourdement la qualité du jeu en Égypte, confie Helmy Toulon, l’entraîneur de Zamalek. “D’un point de vue technique, le niveau des joueurs est très bas aujourd’hui. Il n’y a pas de championnat, pas de coupes… La vie s’est arrêtée, le football s’est arrêté en Égypte.”

Pour les joueurs, la situation devient également intenable. “C’est vraiment déprimant d’être resté deux ans sans jouer aucune competition. Parfois, on n’a même pas été payé pendant six mois !”, déplore Ismail Yousouf, milieu de terrain du club.

"Entre 15 et 20 joueurs ont quitté le pays”

Le Club Zamalek à l'entraînement, au Caire. (©P.Leurent/FRANCE 24)

Et l’équipe de Zamalek est loin d’être un cas isolé. Depuis 2011, les finances de nombreux clubs égyptiens sont dans le rouge. Sans match, pas de revenus publicitaires et pas de sponsors. De nombreux footballeurs égyptiens ont donc tout simplement quitté le pays, regrette Azmi Mugahid, le porte-parole de la Fédération Égyptienne de Football : “Beaucoup de joueurs sont partis. Certains sont allés dans d’autres pays arabes, notamment en Irak, et d’autres sont allés en Europe… Entre 15 et 20 joueurs ont quitté le pays.”

Face à cette crise, les supporters veulent s’impliquer et obtenir au plus vite la reprise du championnat. Mais la question de la sécurité dans les stades se pose toujours, un an et demi après la tragédie de Port Saïd, où plus de 70 personnes avaient été tuées. Aujourd’hui, les supporters se disent prêts à assurer eux-mêmes la sécurité.

“Ce serait possible, parce que les supporters de Zamalek sont très bien organisés. C’est comme ça qu’on pourrait le faire. Mais les autorités vont peut-être refuser, parce qu’ils ont peur que de nouvelles violences éclatent dans les gradins”, explique Ahmed Bahr, un supporter de Zamalek.

Malgré ces questions toujours en suspens, les responsables du football égyptien affichent toujours un relatif optimisme. À la fédération, on évoque même une reprise du championnat national dès la fin du mois de novembre. Un prérequis indispensable pour que le football égyptien puisse entamer sa reconstruction.

Première publication : 19/11/2013

  • ÉGYPTE

    Un supporter de football tué dans des heurts avec la police à Port-Saïd

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Plus de 70 personnes tuées dans des violences après un match de football

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La Fédération égyptienne de football reporte les matchs du week-end

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)