Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

SPORT

Deux ans après la révolution, le football égyptien plongé dans une grave crise

Vidéo par Pierrick LEURENT , Kathryn STAPLEY

Texte par Yann BUXEDA , Pierrick LEURENT

Dernière modification : 19/11/2013

L’Égypte affronte le Ghana, mardi, pour tenter d’obtenir son billet pour le Mondial-2014 au Brésil, après avoir perdu le match aller 6-1. Une déroute à l’image de l’état du football national, en crise depuis la révolution de 2011.

Violences dans les stades, compétitions suspendues depuis des mois... Le football égyptien subit actuellement la pire crise de son histoire. Une asphyxie qui touche également l’équipe nationale. Les Pharaons, balayés par le Ghana 6-1 lors du match aller des barrages qualificatifs pour le Mondial-2014, n’ont pratiquement plus aucune chance de se rendre au Brésil en juin prochain.

La déroute de cette sélection historique du football africain est à l’image de ce qui se passe au niveau national. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 se sont rendus à l’entraînement de l’équipe de Zamalek, l’un des deux grands clubs du Caire. S’entraîner, l’activité désormais principale des joueurs de cette équipe, qui n’ont que très rarement l’opportunité de participer à des compétitions.

Une situation qui impacte lourdement la qualité du jeu en Égypte, confie Helmy Toulon, l’entraîneur de Zamalek. “D’un point de vue technique, le niveau des joueurs est très bas aujourd’hui. Il n’y a pas de championnat, pas de coupes… La vie s’est arrêtée, le football s’est arrêté en Égypte.”

Pour les joueurs, la situation devient également intenable. “C’est vraiment déprimant d’être resté deux ans sans jouer aucune competition. Parfois, on n’a même pas été payé pendant six mois !”, déplore Ismail Yousouf, milieu de terrain du club.

"Entre 15 et 20 joueurs ont quitté le pays”

Le Club Zamalek à l'entraînement, au Caire. (©P.Leurent/FRANCE 24)

Et l’équipe de Zamalek est loin d’être un cas isolé. Depuis 2011, les finances de nombreux clubs égyptiens sont dans le rouge. Sans match, pas de revenus publicitaires et pas de sponsors. De nombreux footballeurs égyptiens ont donc tout simplement quitté le pays, regrette Azmi Mugahid, le porte-parole de la Fédération Égyptienne de Football : “Beaucoup de joueurs sont partis. Certains sont allés dans d’autres pays arabes, notamment en Irak, et d’autres sont allés en Europe… Entre 15 et 20 joueurs ont quitté le pays.”

Face à cette crise, les supporters veulent s’impliquer et obtenir au plus vite la reprise du championnat. Mais la question de la sécurité dans les stades se pose toujours, un an et demi après la tragédie de Port Saïd, où plus de 70 personnes avaient été tuées. Aujourd’hui, les supporters se disent prêts à assurer eux-mêmes la sécurité.

“Ce serait possible, parce que les supporters de Zamalek sont très bien organisés. C’est comme ça qu’on pourrait le faire. Mais les autorités vont peut-être refuser, parce qu’ils ont peur que de nouvelles violences éclatent dans les gradins”, explique Ahmed Bahr, un supporter de Zamalek.

Malgré ces questions toujours en suspens, les responsables du football égyptien affichent toujours un relatif optimisme. À la fédération, on évoque même une reprise du championnat national dès la fin du mois de novembre. Un prérequis indispensable pour que le football égyptien puisse entamer sa reconstruction.

Première publication : 19/11/2013

  • ÉGYPTE

    Un supporter de football tué dans des heurts avec la police à Port-Saïd

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Plus de 70 personnes tuées dans des violences après un match de football

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La Fédération égyptienne de football reporte les matchs du week-end

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)