Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

SPORT

Deux ans après la révolution, le football égyptien plongé dans une grave crise

Vidéo par Pierrick LEURENT , Kathryn STAPLEY

Texte par Yann BUXEDA , Pierrick LEURENT

Dernière modification : 19/11/2013

L’Égypte affronte le Ghana, mardi, pour tenter d’obtenir son billet pour le Mondial-2014 au Brésil, après avoir perdu le match aller 6-1. Une déroute à l’image de l’état du football national, en crise depuis la révolution de 2011.

Violences dans les stades, compétitions suspendues depuis des mois... Le football égyptien subit actuellement la pire crise de son histoire. Une asphyxie qui touche également l’équipe nationale. Les Pharaons, balayés par le Ghana 6-1 lors du match aller des barrages qualificatifs pour le Mondial-2014, n’ont pratiquement plus aucune chance de se rendre au Brésil en juin prochain.

La déroute de cette sélection historique du football africain est à l’image de ce qui se passe au niveau national. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 se sont rendus à l’entraînement de l’équipe de Zamalek, l’un des deux grands clubs du Caire. S’entraîner, l’activité désormais principale des joueurs de cette équipe, qui n’ont que très rarement l’opportunité de participer à des compétitions.

Une situation qui impacte lourdement la qualité du jeu en Égypte, confie Helmy Toulon, l’entraîneur de Zamalek. “D’un point de vue technique, le niveau des joueurs est très bas aujourd’hui. Il n’y a pas de championnat, pas de coupes… La vie s’est arrêtée, le football s’est arrêté en Égypte.”

Pour les joueurs, la situation devient également intenable. “C’est vraiment déprimant d’être resté deux ans sans jouer aucune competition. Parfois, on n’a même pas été payé pendant six mois !”, déplore Ismail Yousouf, milieu de terrain du club.

"Entre 15 et 20 joueurs ont quitté le pays”

Le Club Zamalek à l'entraînement, au Caire. (©P.Leurent/FRANCE 24)

Et l’équipe de Zamalek est loin d’être un cas isolé. Depuis 2011, les finances de nombreux clubs égyptiens sont dans le rouge. Sans match, pas de revenus publicitaires et pas de sponsors. De nombreux footballeurs égyptiens ont donc tout simplement quitté le pays, regrette Azmi Mugahid, le porte-parole de la Fédération Égyptienne de Football : “Beaucoup de joueurs sont partis. Certains sont allés dans d’autres pays arabes, notamment en Irak, et d’autres sont allés en Europe… Entre 15 et 20 joueurs ont quitté le pays.”

Face à cette crise, les supporters veulent s’impliquer et obtenir au plus vite la reprise du championnat. Mais la question de la sécurité dans les stades se pose toujours, un an et demi après la tragédie de Port Saïd, où plus de 70 personnes avaient été tuées. Aujourd’hui, les supporters se disent prêts à assurer eux-mêmes la sécurité.

“Ce serait possible, parce que les supporters de Zamalek sont très bien organisés. C’est comme ça qu’on pourrait le faire. Mais les autorités vont peut-être refuser, parce qu’ils ont peur que de nouvelles violences éclatent dans les gradins”, explique Ahmed Bahr, un supporter de Zamalek.

Malgré ces questions toujours en suspens, les responsables du football égyptien affichent toujours un relatif optimisme. À la fédération, on évoque même une reprise du championnat national dès la fin du mois de novembre. Un prérequis indispensable pour que le football égyptien puisse entamer sa reconstruction.

Première publication : 19/11/2013

  • ÉGYPTE

    Un supporter de football tué dans des heurts avec la police à Port-Saïd

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Plus de 70 personnes tuées dans des violences après un match de football

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La Fédération égyptienne de football reporte les matchs du week-end

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)