Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

EUROPE

La basilique Sainte-Sophie d'Istanbul ravive les querelles gréco-turques

© Dennis Jarvis, Flickr

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/11/2013

Les relations entre la Turquie et la Grèce se crispent à propos de la basilique Sainte-Sophie à Istanbul : le souhait d'Ankara de la réaffecter en mosquée est perçu comme "une atteinte aux sentiments des chrétiens", selon la Grèce.

La Turquie et la Grèce sont engagées dans une guerre de mots autour d'une éventuelle réaffectation de la basilique Sainte-Sophie, attraction touristique phare d'Istanbul, en lieu de culte musulman. Cette querelle autour de l'édifice religieux vieux de 1 475 ans est la dernière entre les deux voisins.

La Grèce a réagi avec virulence aux propos du vice-Premier ministre du gouvernement islamo-conservateur turc. Samedi dernier, Bülent Arinç avait en effet exprimé son souhait de voir la basilique Sainte-Sophie reconvertie en lieu de culte musulman : "La mosquée Sainte-Sophie sourira bientôt de nouveau", avait-il déclaré.
 
Il avait également critiqué le statut actuel de la basilique, transformée en musée par un décret de 1934 de Mustafa Kemal Atatürk (1881-1938). Selon Bülent Arinç, "un lieu de culte ne peut pas servir à une autre fonction que celle initiale". Cette déclaration est intervenue dans un contexte tendu où le Parti de la justice et du développement au pouvoir (AKP) est accusé d'islamiser la société et l'espace public turcs.
 
Les demandes de reconversion se multiplient
 
Sainte-Sophie est un joyau architectural avec son immense coupole de trente mètres de diamètre et des mosaïques recouvertes de feuilles d'or. Édifiée au VIe siècle après Jésus-Christ par l'empereur Justinien, la bâtisse fut le siège du patriarche orthodoxe de Constantinople. Elle a été transformée en mosquée après la prise de la ville par les turcs Ottomans en 1453.
 
Sa reconversion en mosquée est une vieille revendication de l'extrême droite et des islamistes turcs. En octobre 2012, le jour de la fête du sacrifice, une centaine de membres du Parti de la grande unité (BBP), des islamo-nationalistes,  a ainsi prié devant le musée-basilique. Ces derniers mois, les demandes se multiplient. Une pétition de particuliers réclamant sa transformation est étudiée par une commission parlementaire depuis le mois de février. Des revendications qui irritent la Grèce.
 
"Les déclarations récurrentes faites par les hauts dirigeants turcs à propos de la reconversion des églises chrétiennes byzantines blessent les sentiments religieux de millions de chrétiens", a indiqué le ministère grec des Affaires étrangères dans un communiqué.
 
Ankara a immédiatement rétorqué en affirmant n'"avoir rien à apprendre" de la Grèce concernant la liberté de religion, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. "Le mauvais traitement infligé par la Grèce aux objets culturels datant de la période ottomane et des lieux de culte est connu de tous", ajoute le document.
 
La Grèce et la Turquie, alliées au sein de l'Otan, ont de nombreux sujets de litiges, notamment en mer Égée, qui les séparent.

 

Première publication : 20/11/2013

COMMENTAIRE(S)