Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

EUROPE

À Londres, trois femmes séquestrées pendant 30 ans recouvrent la liberté

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/11/2013

La police britannique annonce que trois femmes ont été récemment libérées d’une maison à Londres, où elles ont, selon leurs dires, été séquestrées pendant plus de trente ans par un couple, aujourd’hui sexagénaire. Une enquête a été ouverte.

La police britannique a annoncé, jeudi 21 novembre, avoir libéré fin octobre trois femmes affirmant avoir été retenues contre leur gré pendant plus de trente ans dans une maison à Londres. Leur libération a pu être orchestrée après que la police a été alertée par une association de lutte contre l'esclavage et les mariages forcés. Les suspects, un homme et une femme âgés tous deux de 67 ans, ont été arrêtés.

Les trois femmes sont une Malaisienne âgée de 69 ans, une Irlandaise de 57 ans et une Britannique de 30 ans. "Toutes les trois étaient extrêmement traumatisées et ont été emmenées dans un endroit sûr où elles se trouvent toujours", a indiqué un communiqué de la police.

Pas de violences sexuelles, mais des préjudices physiques

"Les dames étaient totalement terrifiées par ces gens", a déclaré Aneeta Prem, fondatrice de Freedom Charity, au micro de la chaîne Skynews. Elle a précisé que les trois femmes, qui ont pu sortir de la maison par leurs propres moyens, n'avaient pas été victimes de violences sexuelles, mais elle pense qu'elles ont subi des préjudices physiques.

"Cela défie l'imagination, c'est impossible d'imaginer qu'une chose pareille puisse arriver en Grande-Bretagne, à Londres, en 2013", a ajouté Aneeta Prem.

"Une enquête exhaustive a été ouverte pour établir les faits autour de ces accusations très sérieuses", a ajouté le détective Kevin Hyland, de l'unité de lutte contre le trafic des êtres humains.

La police avait été alertée en octobre par l'association "Freedom Charity" qui lutte contre l'esclavage et les mariages forcés après que celle-ci a reçu un coup de téléphone d'une des victimes appelant au secours. "Un documentaire télévisé sur les mariages forcés et mettant en scène le travail de Freedom Charity a été le catalyseur", a ajouté le détective Kevin Hyland.

Avec dépêches (AFP)

Première publication : 21/11/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Les trois rescapées de Cleveland remercient les Américains dans une vidéo

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres, mortelle capitale pour les cyclistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)