Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

Afrique

Mali : le bras droit de Belmokhtar tué par l'armée française

Le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

L'adjoint de Mokhtar Belmokhtar a été tué par l’armée française dans le Nord-Mali, ont confirmé, jeudi, des proches des services de sécurité. Belmokhtar, chef de la "Brigade des signataires par le sang", a coordonné plusieurs attaques dans la région.

Les forces spéciales françaises ont abattu, la semaine dernière, le bras droit du chef islamiste Mokhtar Belmokhtar, lors d'une opération menée près de Tessalit, dans le nord du Mali, ont confirmé, jeudi matin, des sources proches des services de sécurité. Le porte-parole du ministère français de l'Intérieur, le colonel Gilles Jaron, a quant à lui refusé de s'exprimer sur le sujet.

Hacène Ould Khalill, Mauritanien répondant aussi au nom de "Jouleibib", était le numéro deux de la "Brigade des signataires par le sang", créée par Mokhtar Belmokhtar après sa scission avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Un "joli coup"

Une autre source sécuritaire régionale a précisé que deux autres terroristes ont été tués au cours de l'opération : "Un véhicule a été détruit et les militaires français, qui ont réussi un joli coup, ont également récupéré des documents, notamment un téléphone (satellitaire) Thuraya, qui va donner des informations précieuses".

La mort de Khalill survient alors que, depuis quelques mois, les groupes islamistes intensifient leurs opérations dans le nord du Mali, avec des attaques contre les éléments de l'ONU et le meurtre de deux journalistes français de RFI, le 2 novembre à Kidal.

Le groupe de Belmokhtar avait également revendiqué l'attaque contre le complexe gazier d'In Amenas en janvier dernier en Algérie, au cours de laquelle 38 otages ont trouvé la mort, ainsi que les attentats contre une mine d'uranium exploitée par Areva et contre une caserne au Niger, en mai dernier.

Avec dépêches AFP et REUTERS

Première publication : 21/11/2013

  • MALI

    François Hollande : "Le terrorisme est installé au Mali"

    En savoir plus

  • MALI

    Al-Targui, le chef d'Aqmi derrière l'assassinat des reporters de RFI

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Boko Haram sur la liste des organisations terroristes, une fausse bonne idée ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)