Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Mali : le bras droit de Belmokhtar tué par l'armée française

Le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

L'adjoint de Mokhtar Belmokhtar a été tué par l’armée française dans le Nord-Mali, ont confirmé, jeudi, des proches des services de sécurité. Belmokhtar, chef de la "Brigade des signataires par le sang", a coordonné plusieurs attaques dans la région.

Les forces spéciales françaises ont abattu, la semaine dernière, le bras droit du chef islamiste Mokhtar Belmokhtar, lors d'une opération menée près de Tessalit, dans le nord du Mali, ont confirmé, jeudi matin, des sources proches des services de sécurité. Le porte-parole du ministère français de l'Intérieur, le colonel Gilles Jaron, a quant à lui refusé de s'exprimer sur le sujet.

Hacène Ould Khalill, Mauritanien répondant aussi au nom de "Jouleibib", était le numéro deux de la "Brigade des signataires par le sang", créée par Mokhtar Belmokhtar après sa scission avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Un "joli coup"

Une autre source sécuritaire régionale a précisé que deux autres terroristes ont été tués au cours de l'opération : "Un véhicule a été détruit et les militaires français, qui ont réussi un joli coup, ont également récupéré des documents, notamment un téléphone (satellitaire) Thuraya, qui va donner des informations précieuses".

La mort de Khalill survient alors que, depuis quelques mois, les groupes islamistes intensifient leurs opérations dans le nord du Mali, avec des attaques contre les éléments de l'ONU et le meurtre de deux journalistes français de RFI, le 2 novembre à Kidal.

Le groupe de Belmokhtar avait également revendiqué l'attaque contre le complexe gazier d'In Amenas en janvier dernier en Algérie, au cours de laquelle 38 otages ont trouvé la mort, ainsi que les attentats contre une mine d'uranium exploitée par Areva et contre une caserne au Niger, en mai dernier.

Avec dépêches AFP et REUTERS

Première publication : 21/11/2013

  • TERRORISME

    Boko Haram sur la liste des organisations terroristes, une fausse bonne idée ?

    En savoir plus

  • MALI

    Al-Targui, le chef d'Aqmi derrière l'assassinat des reporters de RFI

    En savoir plus

  • MALI

    François Hollande : "Le terrorisme est installé au Mali"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)