Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Amériques

Pour la première fois, Obama reçoit Mohammed VI à la Maison Blanche

© Capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/11/2013

En visite à Washington, le souverain marocain a été reçu vendredi à la Maison Blanche par le président américain Barack Obama. Au menu : la sécurité au Sahara occidental mais aussi les réformes démocratiques et économiques au Maroc.

Vendredi 22 novembre, pour la première fois, le président américain Barack Obama a reçu chez lui le roi du Maroc, Mohammed VI, allié des États-Unis. La précédente réception du souverain marocain à la Maison Blanche remontait à 2004, sous la présidence de George W. Bush. Le souverain chérifien est arrivé peu après 14h45 (19h45 GMT), salué par une haie de militaires. Il a ensuite retrouvé le président Obama dans le Bureau ovale. Les deux dirigeants se sont serré la main pour les photographes mais n'ont pas fait de déclarations.

Barack Obama avait l'intention de discuter avec son hôte de "la lutte contre l'extrémisme violent, (du) soutien aux transitions démocratiques et (de) la promotion du développement économique au Moyen-Orient et en Afrique", ainsi que du soutien américain "aux réformes démocratiques et économiques du Maroc" selon Washington.

Le plan marocain pour le Sahara occidental "réaliste et digne de foi"

La Maison Blanche a profité de la venue du roi pour signifier son soutien au plan d'autonomie marocain pour le Sahara occidental, un dossier qui avait jeté une ombre en début d'année sur les relations entre Washington et Rabat. Le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney, a affirmé que ce plan était aux yeux des États-Unis "sérieux, réaliste et digne de foi". Ce plan "représente une approche potentielle qui peut satisfaire les aspirations des habitants du Sahara occidental pour diriger leurs propres affaires dans la paix et la dignité", a-t-il ajouté lors de son point de presse à la mi-journée.

De son côté, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a demandé à Barack Obama de plaider auprès de son invité en faveur de réformes au Maroc qui iraient "au-delà de la rhétorique". "Les autorités marocaines ont cherché à dépeindre le Maroc comme un pays où les réformes politiques ont contribué à maintenir la stabilité alors que les manifestations populaires ont causé des bouleversements dans le reste du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Mais des dizaines, peut-être des centaines, de personnes - des islamistes, des jeunes manifestants dans les rues et des militants du Sahara occidental -  demeurent en prison après des procès inéquitables, et la police a recours à un usage excessif de la force pour disperser les manifestations et à la violence pour extorquer des aveux", a accusé HRW dans un communiqué.

Avec dépêche (AFP)

 

Première publication : 22/11/2013

  • DIPLOMATIE

    Sahara occidental : regain de tension entre l'Algérie et le Maroc

    En savoir plus

  • MAROC

    Les islamistes du PJD en recul dans le nouveau gouvernement marocain

    En savoir plus

  • MAROC

    Au Maroc, la colère gronde contre le gouvernement islamiste de Benkirane

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)