Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

FRANCE

En Bretagne, l’appel des syndicats entendu par des milliers de salariés

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/11/2013

Entre 4 000 et 8 000 salariés ont défilé samedi en Bretagne, à l’appel de sept syndicats. L’objectif de la mobilisation : obtenir des mesures sociales au sein du “Pacte d’avenir” et se démarquer des “Bonnets rouges”.

Ils étaient entre 4 000 et 8 000 salariés à battre le pavé, samedi 23 novembre, à travers la Bretagne, pour dénoncer la série de restructurations qui frappe actuellement les entreprises bretonnes.

Sous une mer de banderoles et autres drapeaux, les manifestants ont répondu à l’appel d'une intersyndicale, exigeant que des mesures sociales soient intégrées dans le "Pacte d'avenir Bretagne". Ce dispositif promis mi-octobre par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a été décidé pour tenter de trouver des solutions pérennes à la crise, amplifiée par le rejet de l'écotaxe.

Les sept syndicats régionaux - CFDT, CGT, Solidaires, CFTC, Unsa, CFE-CGC et FSU - sont parvenus à rassembler 2 200 manifestants à Rennes, selon la police [3 000 selon les organisateurs], 750 à Saint-Brieuc [2 000 selon les syndicats] et 1 100 à Lorient, selon la police [3 000 selon les organisateurs]. Une autre manifestation prévue à Morlaix, dans l’après-midi a réuni plusieurs centaines de personnes.

“La mort de l'emploi !”, “Interdiction des licenciements, partage du travail entre tous !”, ont notamment scandé les manifestants. Dans le cortège lorientais, les leaders nationaux de la CFDT et de la CGT, Laurent Berger et Thierry Lepaon, ont défilé côte à côte derrière une banderole affichant : "pour l'avenir de la Bretagne, mobilisons-nous pour un pacte social en faveur de la Bretagne".

Face aux revendications des syndicats, le ministre délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garot a assuré sur Europe 1 qu'une "dimension sociale" serait donnée au Pacte d'avenir, notamment dans l'industrie agroalimentaire.

Les dirigeants de la CFDT, Laurent Berger (droite), et de la CGT, Thierry Lepaon au palais de l'Élysée le 19 juin 2013. © (AFP)

Reprendre l’avantage sur les “Bonnets rouges”

Avec cette mobilisation, l’intersyndicale espère également reprendre la main face aux "Bonnets rouges", ce mouvement contestataire pour l'emploi et contre l'écotaxe qui a rassemblé, début novembre à Quimper, entre 15 000 et 30 000 personnes parmi lesquelles des salariés, des chefs d'entreprises, d'élus, de militants politiques et régionalistes.

La présence d’aucun “Bonnet rouge” n’a été relevée lors de la mobilisation syndicale de samedi, exception faite de Christian Troadec, le fondateur du mouvement, qui a été hué par les manifestants. "Il y a une montée des poujadismes", a lancé à la presse Laurent Berger au départ du cortège lorientais, alors qu'il était interrogé sur la présence de Christian Troadec. "C'est une manifestation syndicale, il faut arrêter de mélanger les genres", a-t-il encore ajouté.

Les syndicats estiment que les “Bonnets rouges” sont victimes d'une “manipulation” de la part du patronat, des responsables politiques et de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FNSEA).

"On ne rejette personne", a souligné, pour sa part, le leader régional de la CFDT, Louis Baron. "Mais qu'on ne vienne pas nous parler d'écotaxe", a-t-il précisé à l'AFP.

Les "Bonnets rouges", quant à eux, ont appelé à une nouvelle journée de mobilisation le 30 novembre, à Carhaix, la ville dont le maire est Christian Troadec.

Avec dépêche AFP

Première publication : 23/11/2013

  • FRANCE

    La fronde anti-écotaxe ne faiblit pas, des dizaines de radars incendiés

    En savoir plus

  • CRISE DE L’AGROALIMENTAIRE

    Le bras de fer continue entre les "bonnets rouges" et le gouvernement

    En savoir plus

  • FRANCE

    La suppression de l'écotaxe coûterait 1 milliard d'euros à l'État

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)