Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Afrique

Élections en Mauritanie : une partie de l'opposition boycotte le scrutin

© AFP

Vidéo par Laura MARTEL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/11/2013

Le citoyens mauritaniens ont été appelés à voter samedi pour les élections législatives et municipales. Dix des onze partis de l'opposition "radicale" les boycottent, sauf le parti islamiste Tewassoul qui veut "lutter contre la dictature".

Quelque 1,2 million de Mauritaniens étaient appelés aux urnes, samedi 23 novembre, pour les élections législatives et municipales qui se sont déroulées dans le calme. Ce sont les premières élections depuis 2006, avant le coup d'État de Mohamed Ould Abdel Aziz. Cet ancien général a été élu président en 2009 dans des conditions que conteste par l'opposition.

Le parti présidentiel, l'Union pour la République (UPR), est le seul à présenter des candidats dans chacune des circonscriptions, ce qui en fait le grand favori. Les scrutins sont boycottés par dix des onze partis de l’opposition dite "radicale". Rassemblée au sein de la Coordination de l’opposition démocratique (COD), elle dénonce l’absence "de garanties de transparence". Seul le parti islamiste Tewassoul, membre de la COD et légalisé en 2007, a décidé de participer aux élections, qui représentent, selon lui, "une forme de lutte contre la dictature" du président Ould Abdel Aziz.

La fortune de Tewassoul en question

Ces scrutins permettront d'évaluer la capacité de mobilisation du parti Tewassoul, dont le "référentiel islamiste" est dénoncé par le pouvoir comme une tentative de "s'approprier la religion islamique qui nous appartient à tous". Le parti présidentiel s'interroge en outre sur "la très grande fortune de ce parti" et sur son origine. Il demande à ce parti de l'oppostion de se démarquer des Frères musulmans, qui ont "commis beaucoup de dégâts dans le monde arabe et musulman".

Les islamistes, qui se présentent en principaux adversaires de l'UPR, n'ont cessé de dénoncer durant la campagne l'usage "illégal par le parti au pouvoir des moyens de l'État et de ses attributs". Le président de Tewassoul, Jemil Ould Mansour, rappelle que "l'islamité" du message de son parti "date de sa création, contrairement à ceux qui veulent se l'attribuer le temps d'une campagne".

Deux partis de l'opposition "modérée" participent également à ces élections : l'Alliance populaire progressiste (APP) du président de l'Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, et Al-Wiam, dirigé par des ténors du régime de l'ancien président Maaouiya Ould Taya (1984-2005).

Le taux de participation très attendu

Un des principaux enjeux de cette élection est le taux de participation. Dès l'ouverture des bureaux de vote à 7 heures GMT, notamment ceux installés dans le stade olympique de la capitale, observateurs, présidents de bureaux et matériel électoral étaient en place et de petites files d'attente commençaient à se former, a constaté un journaliste de l'AFP.

La correspondante de RFI à Nouakchott, Laura Martel, estime que "la participation dépendra aussi du degré d'enthousiasme des populations, un peu blasées, après un scrutin plusieurs fois reporté." Selon une étude nationale, menée du 2 au 7 novembre, seulement 35 % des Mauritaniens considèrent que les élus sont à l’écoute des citoyens.

Avec leur appel à boycotter ces scrutins, les dirigeants de l'opposition radicale tablent sur un taux d'abstention "relativement important", qui sera la preuve, selon eux, de leur capacité de mobilisation contre le pouvoir. Ahmed Ould Daddah, chef de file de l'opposition "radicale", a averti mardi à Nouadhibou (nord-ouest) que le parti au pouvoir "s'apprête à frauder, comme il l'a fait en 2009 lors de la présidentielle".

Les premiers résultats seront connus dimanche, en attendant, la télévision d'État, citant une source officielle, a annoncé samedi soir un taux de participation de 60 % aux deux scrutins sur l'ensemble du territoire.

Avec dépêche AFP

Première publication : 23/11/2013

  • MALI

    Isolés en Mauritanie, 74 000 réfugiés maliens sont en situation critique

    En savoir plus

  • MAURITANIE

    Le président mauritanien de retour à Nouakchott après 40 jours de soins en France

    En savoir plus

  • JO - ATHLÉTISME

    Aïcha Fall : "En Mauritanie, on se fait humilier parce que l’on s’entraîne"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)