Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

EUROPE

Varsovie : un accord édulcoré sur le climat conclu in extremis

© AFP

Vidéo par Marina BERTSCH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2013

Le blocage tant redouté a été évité. La communauté internationale a signé un accord fixant les bases - peu concrètes - pour la Conférence de 2015 à Paris, où devra être signé un texte ambitieux pour limiter les gaz à effet de serre.

À deux doigts de l’échec cuisant, la Conférence sur le climat organisée à Varsovie

Les principaux points de l’accord de Varsovie

- Préparation de l’accord de 2015 : tous les pays sont invités à présenter bien à l’avance les contributions qu’ils veulent apporter

- Aide financière aux pays du Sud : les pays développés devront mobiliser un montant supérieur à 10 milliards de dollars par an et la première capitalisation du Fonds vert pour le climat devra "atteindre un niveau très significatif"

- Pertes et dommages : création d’un "mécanisme international de Varsovie sur les pertes et dommages" subis par les pays du Sud à cause du réchauffement

- Protection des forêts : le mécanisme REDD est complété par la sanctuarisation des "clauses de sauvegarde" sur la protection des populations autochtones ou de la biodiversité. Les pays en voie de développement devront respecter ces clauses avant de percevoir l’argent

s’achève finalement sur une note plus positive que prévue. Un accord a en effet été adopté, samedi 23 novembre en fin d’après-midi, au terme de deux semaines de négociations marathons. Près de 200 pays étaient représentés.

Les premiers jalons sont donc désormais posés en vue de la prochaine conférence qui se tiendra à Paris en 2015, dont l’objectif ambitieux est de faire ratifier un texte en mesure de limiter le réchauffement à 2°C par rapport à l'ère pre-industrielle. La hausse de la température actuelle est sur une trajectoire de près de 4°C.

"Juste à temps, les négociateurs à Varsovie ont fait juste ce qu'il fallait faire pour que ce processus continue d'avancer", a félicité Jennifer Morgan, directrice du Centre de recherches World Resources Institute (WRI). "Les représentants des différents pays doivent désormais rentrer chez eux, et faire des progrès significatifs sur leurs offres [en matière de lutte contre le changement climatique, NDLR] qui doivent devenir la colonne vertébrale du nouvel accord sur le climat", a-t-elle ajouté.

 

“Contributions” plutôt qu’engagement

L’accord que la communauté internationale devra conclure à Paris entrera en vigueur dès 2020. En attendant, le texte qui vient d’être signé à Varsovie stipule, entre autres, que les États doivent commencer à préparer des "contributions" sur ce qu'ils entendent faire pour lutter contre le changement climatique. Ces contributions seront intégrées dans l'accord de 2015. Une formulation bien plus nuancée, comparée à celle du texte précédent, rejeté notamment par les grands émergents comme la Chine et l'Inde, qui prévoyait des "engagements". Une formule que souhaitait la France.

Pas d’”engagements”, donc, mais pas non plus de réelle feuille de route pour 2015, comme le voulait l'Union européenne. Il est simplement demandé aux différents États de communiquer leurs “contributions bien en avance", avant la conférence de Paris afin de les évaluer.

“Que des cacahuètes”

Autre point noir, le texte adopté portant sur l’aide financière pour aider les pays pauvres à assumer les conséquences négatives du réchauffement climatique demeure très flou, au grand dam des pays du Sud. Ces derniers exigeaient plus de visibilité sur la mobilisation des 100 milliards de dollars promis d'ici 2020 pour les aider à faire face au changement climatique. L'accord ne pose pas de montants intermédiaires sur la table et "presse" les pays développés à "continuer à mobiliser de l'argent public, à des niveaux supérieurs" à ceux de l'aide d'urgence décidée pour 2010-2012 qui est de 10 milliards de dollars annuels.

"Il n'y pas de consensus sur ce texte", a regretté le délégué égyptien au nom du G77 [pays en développement], tandis que la Chine avait demandé "plus de temps" pour en discuter, alors que la conférence de Varsovie a déjà dépassé d'une journée la date officielle de clôture. "Cette conférence devait être la conférence des finances", a déclaré, de son côté, à l'AFP le négociateur du Bangladesh, Qamrul Chowdhury. "Et tout ce qu'on a, ce sont des cacahuètes", a-t-il ajouté.

Au final, la seule mesure concrète qui a émergé de Varsovie est un accord sur la protection des forêts tropicales. Un maigre lot de consolation qui laisse d’ores et déjà présager de longues nuits blanches de négociations musclées à Paris en 2015.

Avec dépêches AFP et Reuters

Première publication : 23/11/2013

  • CLIMAT

    Les négociations sur le climat patinent à Varsovie

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    La Pologne, championne du charbon, accueille la 19e conférence sur le climat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)