Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

En Égypte, le droit de manifester remis en cause par une loi

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2013

Le président égyptien par intérim, Adly Mansour, a promulgué dimanche une loi imposant des mesures draconiennes autour du droit de manifester. Le texte autorise, entre autres, les forces de l’ordre à recourir à la force si nécessaire.

C’est une loi qui, à peine promulguée, est déjà très controversée au sein de la société égyptienne. Le président par intérim Adly Mansour a donné son feu vert, dimanche 24 novembre, à l’application d’un texte imposant des conditions draconiennes aux manifestants égyptiens. 

Depuis plusieurs semaines déjà, une grande partie de la société égyptienne s’inquiétait de ce projet de loi leur imposant d'informer la police avant de manifester, de fournir l’identité des organisateurs, et de dévoiler le trajet emprunté. Le texte en vigueur donne également carte blanche au ministre de l’Intérieur pour décaler ou interdire un rassemblement, et surtout, disperser par la force les manifestants si nécessaire.

Plusieurs ONG de défense des droits de l'Homme, de même que l'ONU, avaient récemment appelé Le Caire à abandonner ce projet de loi, accusant le gouvernement de revenir sur les acquis de la révolution populaire de 2011, qui a contraint Hosni Moubarak à abandonner le pouvoir après trois décennies de règne absolu.

Mais le gouvernement a fait la sourde oreille préférant jouer la carte de la pédagogie, arguant que le texte est simplement mal interprété. Interrogé dimanche par l'AFP, le Premier ministre Hazem Beblawi a précisé que l'État n'attendait pas des organisateurs qu'ils "demandent l'autorisation" des autorités avant de manifester, mais qu'"ils les en informent [...]. Cette loi ne restreint pas le droit de manifester, mais vise à protéger les droits des manifestants", a-t-il ajouté.

Malgré tout, le message passe mal. Pour beaucoup, cette loi signe le retour au régime sécuritaire de l’ère Moubarak et représente donc une menace pour la société civile. "Cette loi […] assimile les manifestants pacifiques à des criminels, et donne aux forces de sécurité de nouveaux pouvoirs pour les écraser", estimait Amnesty International dans un communiqué du 22 octobre 2013.

De nombreux experts estiment que cette loi vise surtout à mieux resserrer l’étau autour des Frères musulmans, dont les membres réclament le retour du président déchu Mohamed Morsi, issu de la confrérie. Le 14 août, le gouvernement avait lancé une vague de répression extrêmement sanglante à l’égard des Frères musulmans. Plus d'un millier d'entre eux ont été tués depuis, et plus de 2 000 membres de la confrérie arrêtés. Dimanche, des cortèges pro-Morsi défilaient dans différentes villes du pays, les islamistes continuant à appeler presque chaque jour à la mobilisation.

Avec dépêches AFP

Première publication : 24/11/2013

  • ÉGYPTE

    Violents affrontements entre pro et anti-armée au Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'Égypte lève l'état d'urgence en vigueur depuis trois mois

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La justice ordonne le gel des avoirs des chefs des Frères musulmans

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)