Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'allègement des sanctions peut-il sauver l'économie iranienne ?

© AFP

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 25/11/2013

L’accord sur le nucléaire iranien, conclu dimanche, prévoit un allègement partiel et temporaire des sanctions qui pèsent sur le pays. Ce qui pourrait aider Téhéran à redonner du souffle à son économie exsangue.

Un grand bol d’air frais. C'est ce qu'inspire l’allègement partiel des sanctions internationales contre l’Iran, décidé dimanche 24 novembre lors des négociations de Genève. Cette mesure devrait considérablement soulager les Iraniens. Ils pâtissent depuis plus de 30 ans de lourdes restrictions économiques et d’une pénurie de produits d'importation.

"Les premiers effets ressentis seront évidemment d’ordre psychologique", a expliqué, sur l’antenne de FRANCE 24, Mohammad Davari, le correspondant de l’AFP à Téhéran. "Les gens attendent un allègement des sanctions depuis plusieurs années, poursuit-il. Ils se battent au quotidien contre l’augmentation des prix et toutes les autres conséquences qu’ont les sanctions internationales sur l’économie iranienne".

Pour Michael Brooks, un politologue américain, animateur pour la radio politique Majority Report, les grandes puissances sont arrivées en position de force à Genève, tant la population iranienne étouffe sous le coup des sanctions "impitoyables et extrêmement larges", imposées notamment par les États-Unis. "Les Iraniens ont besoin de faire décoller leur économie, affirme-t-il. C’est le travail de Rohani [le président iranien, NDLR], et c’est la raison pour laquelle nous nous sommes retrouvés à Genève".

L'Iran en récession depuis deux ans


Les statistiques publiées par le Fonds monétaire international en disent long sur l’état catastrophique de l’économie iranienne. L’année dernière, les exportations ont chuté de 28 % et les importations de 20 %. Le pays est plongé dans la récession depuis maintenant deux ans. La croissance, qui caracolait au-delà des 8 % en 2002 et 2003 a sombré à -1,8 % en 2012, et -1,4 % en 2013, au terme d’une décennie de restrictions économiques imposées par les États-Unis, l’Union européenne et le Conseil de sécurité de l’ONU.

L’accord sur le nucléaire devrait donc changer la donne et permettre de desserrer le nœud coulant qui asphyxie aujourd’hui l’économie iranienne. Saïd Leylaz, un analyste politique et économique basé à Téhéran, a assuré sur l’antenne de FRANCE 24 que les liquidités disponibles en Iran devraient augmenter de "50 à 100 %" après l’allègement des sanctions.

"L’industrie automobile et pétrochimique sont primordiales pour l’économie de l’Iran. L’allègement des sanctions dans ces secteurs signifie que la situation financière et économique devrait rapidement s’améliorer dans le pays. L’inflation notamment, qui pèse particulièrement sur les populations pauvres, devrait nettement diminuer", estime l’économiste.

Pour le journaliste Mohammad Davari, les six prochains mois donneront l’occasion aux autorités iraniennes d’injecter des milliards de dollars dans l'économie chancelante du pays. "Mais à plus long terme, les Iraniens se demandent si l’accord de Genève se pérennisera et si toutes les sanctions seront un jour définitivement levées. C’est la question que se posent aujourd’hui de nombreux Iraniens".
 

Première publication : 24/11/2013

  • DIPLOMATIE

    Les principaux points de l’accord sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : accord historique à Genève

    En savoir plus

  • CHRONOLOGIE

    Retour sur une décennie de crise avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)