Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

Genève-II : la conférence de paix sur la Syrie fixée au 22 janvier

© AFP | Lakhdar Brahimi et John Kerry le 14 octobre 2013 à Londres

Vidéo par Gauthier RYBINSKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/11/2013

La conférence de paix "Genève-II" sur la Syrie, que les États-Unis et la Russie tentent d'organiser depuis le mois de mai, se tiendra le 22 janvier, a annoncé l'ONU lundi. La liste des participants - et notamment l'Iran - reste inconnue.

La date est désormais connue : la conférence de paix sur la Syrie, dite de "Genève-II", aura lieu le 22 janvier, a annoncé lundi 25 novembre le porte-parole du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. "Nous nous rendrons à Genève pour une mission d'espoir", a-t-il déclaré dans le communiqué. Il a par ailleurs affirmé s'attendre à ce que "tous les partenaires régionaux et internationaux démontrent leur soutien significatif à des négociations constructives".

On ignore en revanche quels seront les participants à cette conférence. Cette question divise les États-Unis et la Russie qui tentent d'organiser cet événement diplomatique

Ban Ki-moon : "Nous nous rendons à Genève pour une mission d'espoir"

depuis le mois de mai. On ne sait pas non plus si l'Iran sera représenté.

"Compréhension claire"

Le but de cette conférence est d'amener pour la première fois le gouvernement syrien du président Bachar al-Assad et l'opposition à la table des négociations, alors que la guerre civile, simple soulèvement au départ, dure depuis près de trois ans et déstabilise la région.

Il s'agira, le 22 janvier, de mettre en œuvre le communiqué de Genève du 30 juin 2012, qui prévoit l'établissement d'un gouvernement de transition ayant les pleins pouvoirs exécutifs, précise le communiqué.

Ban Ki-moon dit espérer que "les représentants syriens viendront à Genève avec une compréhension claire" de cet objectif et "avec l'intention sérieuse de mettre fin à une guerre qui déjà fait plus de 100 000 morts, jeté près de neuf millions de personnes hors de chez elles, produit un nombre incalculable de disparus et d'arrestations, déstabilisé la région et mis un fardeau inacceptable sur les voisins de la Syrie".

L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, a rencontré samedi à Genève le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Le diplomate algérien devait ensuite voir le secrétaire d'État américain, John Kerry.

Ce lundi, Lakhdar Brahimi devait s'entretenir à Genève avec les vice-ministres russes des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov et Guennadi Gatilov, et avec la sous-secrétaire d'État américaine Wendy Sherman.

Avec dépêche REUTERS

Première publication : 25/11/2013

  • NUCLÉAIRE

    Iran : Israël dénonce le "mauvais accord" de Genève

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : accord historique à Genève

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Iran : reprise des négociations à Genève dans un climat tendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)