Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les Iraniens saluent un accord historique

© Iranian Students News Agency (INSA)

Vidéo par Sandrine GOMES

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/11/2013

L'accord sur la régulation du nucléaire iranien a été salué en Iran, où le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a été accueilli en héros dimanche soir. Pour les Iraniens, la levée des sanctions suscite de vifs espoirs.

À Téhéran dimanche soir, les négociateurs de l’accord historique conclu à Genève ont été accueillis en héros.  Selon Associated Press, des dizaines de personnes, essentiellement des étudiants, se sont déplacées, dimanche 24 novembre, pour accueillir la délégation, et en tête de file, Mohammad Javad Zarif, devenu pour l’occasion "l’ambassadeur de la paix".

Les supporters enthousiastes brandissaient des drapeaux de la République islamique, des fleurs, et des portraits du ministre iranien des Affaires étrangères, en scandant : "non à la guerre, aux sanctions, à la capitulation, aux insultes".  
 
Sur Facebook, près de 164 000 personnes ont cliqué sur la mention "j'aime" du commentaire du chef de la diplomatie, lorsqu'il a annoncé dimanche matin la conclusion d'un accord sur le nucléaire, a rapporté le quotidien iranien Haft-e Sobh. Sur Twitter, même déferlement de réactions enthousiastes après le tweet de Zarif : "nous avons conclu un accord", retweeté près de 6000 fois. 
 
La presse unanime
 
Lundi, la quasi totalité des journaux iraniens saluait l'accord nucléaire avec les grandes puissances, en mettant l'accent sur le succès personnel du chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif.

"Ce qui s’est passé à Genève est une reddition" de Téhéran

Interrogé par FRANCE 24, Abolhassan Bani Sadr a décrit l'accord de Genève comme une reddition du régime iranien. Le premier président iranien élu au suffrage universel en 1980, contraint à l'exil, vit aujourd'hui en France sous protection policière.

"Le régime iranien n’avait pas d’autres choix que d’accepter cet accord, vu qu’il s’était lui-même mis dans une impasse. L’économie du pays est à bout de souffle, le régime est détesté par la population, de par la répression et la corruption insupportables qui le caractérisent, explique-t-il. Dans ce contexte, ce qui s’est passé à Genève est une reddition, puisque le régime a tout cédé, sans rien obtenir en échange. En acceptant un contrôle permanent sur son programme nucléaire, il a accepté un contrôle permanent de l’économie iranienne, via les sanctions, par l’économie dominante, c'est-à-dire l’Occident. Or tant que ce programme nucléaire existera, ce contrôle existera".

"Ici, en Iran, tout le monde est content", titre en une le quotidien réformateur Etemad qui publie un reportage racontant, à partir de témoignages recueillis dans les rues de plusieurs villes, mais aussi des réseaux sociaux, l'impatience des Iraniens restés réveillés toute la nuit de samedi à dimanche pour attendre le résultat des négociations de Genève.

Pour le quotidien réformateur Arman, il faut décerner "une médaille d'or à Zarif". Le journal publie en une une grande photo de Zarif à son arrivée à Téhéran. Assis sur un fauteuil, il a pris sur ses genoux Armita, la petite fille de Dariush Rezaï-Nejad, un scientifique nucléaire, tué dans un attentat en 2011.

Plusieurs titres conservateurs jugeaient toutefois que les États-Unis n'étaient pas "dignes de confiance".

Un bol d’air frais pour les Iraniens
 
Dans un pays en récession, où la population subit de plein fouet les sanctions économiques, l’accord, négocié dans la nuit de samedi à dimanche, suscite en effet de vifs espoirs. Cette mesure devrait considérablement soulager les Iraniens, qui pâtissent depuis trente ans de lourdes restrictions économiques et d’une pénurie de produits d’importation.
 
"Ils ont trouvé un accord : ils veulent alléger les sanctions, et nous pouvons poursuivre l'enrichissement d'uranium. Tout cela est positif et plein de promesse. Et cela soulage la population", estimait un autre habitant de Téhéran. 
 
Les effets de l’accord se faisaient déjà sentir dimanche. Dans les banques et les bureaux de change, le Rial, la devise locale, reprenait de la valeur par rapport au dollar, selon Europe 1, sur place, une première depuis sept ans dans le pays. Pour le reste, les Iraniens devront faire preuve d'un peu de patience. 
 
Le ministre iranien des Affaires étrangères, qui s’est exprimé à la télévision d’État dimanche soir, depuis l’aéroport de Téhéran, a annoncé : "dans quelques semaines, sans doute à la fin de l'année - nous allons initier la première phase. Bien sûr il est impossible de mettre en œuvre tous les termes de l'accord en un jour. La première phase prendra six mois." Six mois de test durant lesquels les Iraniens seront observés au plus près. 
 
Avec dépêches AP et AFP 

Première publication : 25/11/2013

  • DIPLOMATIE

    Les principaux points de l’accord sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Nucléaire iranien : "l’accord du siècle", mais pour qui ?

    En savoir plus

  • CHRONOLOGIE

    Retour sur une décennie de crise avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)