Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

FRANCE

Le Drian annonce l'envoi d'un millier de soldats français en Centrafrique

© Europe 1

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/11/2013

Le ministre français de la Défense a annoncé, mardi matin sur Europe 1, l'envoi d'environ un millier de soldat français en Centrafrique. Le volume exact des troupes se précisera après le vote d'une résolution du Conseil de sécurité.

Le ministre de la Défense a confirmé, mardi 26 novembre, le renforcement du dispositif militaire de la France en Centrafrique. Jean-Yves Le Drian a annoncé sur Europe 1 le déploiement d'environ "un millier de soldats" français en Centrafrique pour une durée de l'ordre de six mois, afin de rétablir l'ordre en appui d'une force africaine.
 
"La France appuiera cette mission africaine, de l'ordre d'un millier de soldats", a-t-il déclaré. "Nous le ferons en appui et non pas en entrée en premier, comme nous avons pu le faire pour le Mali, et pour une période brève, de l'ordre de six mois à peu près", a ajouté le ministre.
 
Lundi, le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye avait annoncé que 800 soldats français devraient venir prêter main forte aux 410 hommes actuellement sur place. Mais le ministère de la Défense, contacté par FRANCE 24, précise qu’il n’y a pas de chiffre exact arrêté par le Président de la République, François Hollande.
 
En Vidéo : Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye
 
"Cela se décidera après le vote d'une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU qui devrait avoir lieu d’ici la mi-décembre", a  estimé un  porte-parole du ministère. Cette résolution pourrait être votée avant le sommet de l'Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, organisée à Paris les 6 et 7 décembre.

Le contingent français, dont la mission se cantonne pour le moment à sécuriser l'aéroport de Bangui, sera chargé d'appuyer la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), la force de maintien de la paix de l'ONU qui doit prendre ce mois-ci le relais de la force de l'Afrique centrale en Centrafrique (Fomac).

"Extrêmement grave"
 
Jeudi, le président François Hollande avait déjà évoqué une augmentation "sensible" du contingent français en Centrafrique où, avait-il dit, la situation est "extrêmement grave", sans toutefois préciser l'ampleur du renfort envisagé ou un calendrier.
 
L'ONU, qui s'inquiète de la situation en Centrafrique, a entamé lundi des discussions consacrées à la crise, après l'appel de son secrétaire général Ban Ki-moon à envoyer 6 000 casques bleus. Paris et Washington pressent également la communauté internationale d'intervenir sans délai.
 
La Centrafrique est en proie aux violences depuis le renversement, le 24 mars dernier, du régime de François Bozizé par Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, devenu depuis président. Selon le département d'État américain, la violence a fait près de 400 000 déplacés dans le pays et 68 000 réfugiés dans les pays voisins.
 
Avec dépêches AFP et REUTERS

 

Première publication : 26/11/2013

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Centrafrique : le chef rebelle Kony est-il prêt à la reddition ?

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Intervenir en Centrafrique "sera plus compliqué que l’opération Serval"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Laurent Fabius : la Centrafrique est "au bord du génocide"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)