Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Afrique

Le général Amadou Sanogo, auteur du putsch de 2012, arrêté à Bamako

© Archive AFP | Le général Amadou Sanogo en 2012 après le putsch

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2013

Le général Amadou Sanogo, auteur du coup d'État de 2012 au Mali, a été interpellé à son domicile de Bamako. L'ex-capitaine restait muet aux convocations du juge souhaitant l'interroger sur des exactions commises par ses hommes.

Le général Amadou Sanogo, auteur du coup d'État de mars 2012 au Mali, a été interpellé, mercredi 27 novembre à Bamako, par les forces de sécurité maliennes, a annoncé le ministère malien de la Défense. Plusieurs dizaines de soldats maliens armés ont pénétré à son domicile et en sont ressortis peu après en l'emmenant à l'arrière d'un véhicule, selon un journaliste de l’AFP.

L’ancien capitaine, promu au rang de général en août, doit être conduit devant un juge d'instruction qui veut l'entendre sur des exactions commises par ses hommes ainsi que sur la mort de six personnes lors d'une manifestation de militaires en septembre. "Il ne voulait pas se rendre devant la justice, nous venons donc d'exécuter un mandat d'amener", a déclaré à l'AFP un militaire présent sur les lieux.

"Profondément indigné"

Amadou Sanogo avait été convoqué fin octobre par un juge d'instruction de Bamako mais ne s'était pas présenté devant lui, provoquant les foudres de plusieurs partis et organisations de la société civile au Mali. Il y a une semaine, le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR), coalition de partis et organisations qui s'étaient opposés au coup d'Etat, s'était déclaré "profondément indigné" que le général Sanogo ne réponde pas à une convocation de la justice.

Dans les mois suivant le putsch du 22 mars 2012 qui avait précipité la prise du Nord-Mali par les groupes djihadistes, le quartier général de Sanogo et de ses hommes, situé dans une caserne près de Bamako, a été le lieu de nombreuses exactions commises contre des militaires considérés comme fidèles au président renversé, Amadou Toumani Touré. Des hommes politiques, des journalistes et des membres de la société civile ont également affirmé avoir été victimes de brutalités.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 27/11/2013

  • MALI

    Législatives au Mali : premier test électoral pour le président IBK

    En savoir plus

  • MALI

    Un homme armé tire sur un coopérant militaire français à Bamako

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les Maliens espèrent un rebond économique après les législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)