Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Mali : inculpé de complicité d'enlèvements, le général Sanogo est incarcéré

© AFP | Le général Amadou Sanogo le 13 février 2013 à Koulouba

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/11/2013

Inculpé de complicité d'enlèvements, Amadou Sanogo a été placé en détention. Interpellé plus tôt à son domicile de Bamako, le général malien restait muet aux convocations de la justice.

Cerveau du putsch de mars 2012 ayant plongé le Mali dans le chaos, le général Amadou Sanogo a été "inculpé de d'enlèvements" et directement écroué, selon un communiqué du gouvernement malien.

Une décision "indépendante et courageuse", a immédiatement salué l'organisation Human Rights Watch par le biais d'un communiqué de l'une de ses chercheuses Corinne Dufka, spécialiste de l'Afrique de l'Ouest. "Les poursuites contre Sanogo sont extrêmement importantes pour les victimes de ses crimes présumés, et représentent également un progrès tangible pour rompre le cycle de la violence, de la peur et de l'impunité qui a brisé la vie et les espoirs des Maliens depuis des années", a-t-elle ajouté.

Un peu plus tôt dans la journée, Amadou Sanogo avait été entendu par le juge d'instruction Yaya Karembe qui a ordonné son interpellation. L’ancien capitaine, promu au rang de général en août, est mis en cause pour des exactions commises par ses hommes ainsi que pour la mort de six personnes lors d'une manifestation de militaires en septembre. "Il ne voulait pas se rendre devant la justice, nous venons donc d'exécuter un mandat d'amener", a déclaré à l'AFP un militaire lors de son interpellation.

"Profondément indigné"

Amadou Sanogo avait été convoqué fin octobre par un juge d'instruction de Bamako mais ne s'était pas présenté devant lui, provoquant les foudres de plusieurs partis et organisations de la société civile au Mali. Il y a une semaine, le Front uni pour la sauvegarde de la Démocratie et de la République (FDR), coalition de partis et organisations qui s'étaient opposés au coup d'Etat, s'était déclaré "profondément indigné" que le général Sanogo ne réponde pas à une convocation de la justice.

Dans les mois suivant le putsch du 22 mars 2012 qui avait précipité la prise du Nord-Mali par les groupes djihadistes, le quartier général de Sanogo et de ses hommes, situé dans une caserne près de Bamako, a été le lieu de nombreuses exactions commises contre des militaires considérés comme fidèles au président renversé, Amadou Toumani Touré. Des hommes politiques, des journalistes et des membres de la société civile ont également affirmé avoir été victimes de brutalités.

Avec dépêches (AFP et Reuters)

Première publication : 27/11/2013

  • MALI

    Législatives au Mali : aucun vainqueur au premier tour

    En savoir plus

  • MALI

    Législatives au Mali : premier test électoral pour le président IBK

    En savoir plus

  • MALI

    Un homme armé tire sur un coopérant militaire français à Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)