Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

Débat sur la prostitution : les hommes politiques français ne pipent mot

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 27/11/2013

Contrairement aux femmes politiques, peu de députés ont fait entendre leurs voix sur le projet de loi sur la prostitution, discuté vendredi à l’Assemblée. Les hommes de l'Hémicycle seraient-ils mal à l’aise avec les questions de sexualité tarifée ?

L’écrivain et journaliste Françoise Giroud avait bien raison : "La prostitution est un phénomène masculin". À l’heure où le débat sur le plus vieux métier du monde va faire son entrée dans l’Hémicycle, vendredi 29 novembre, l’adage ne s’est jamais autant vérifié.

Depuis la publication en octobre dernier du Manifeste des 343 salauds, une tribune – sordide ou progressiste, selon les avis – réclamant l’abolition du projet de loi sur la pénalisation des clients, une poignée de "mâles", à l’instar de l’écrivain Frédéric Beigbeder ou encore du journaliste Éric Zemmour, se sont ouvertement érigés contre cette "guerre faite contre les hommes".

Mais si ce décalque du Manifeste des 343 salopes a délié les langues et ouvert la voie à des heures de polémiques brûlantes, il est un cercle d’individus qui s’est surtout illustré par son mutisme sur le sujet : les députés. Quel que soit leur bord politique, rares sont ceux qui, sur les plateaux de télévision ou à l’antenne des radios, ont abordé la question de la sexualité tarifée.

Un sujet "dérangeant"

Certes, les socialistes dans leur grande majorité disent soutenir le texte, mais presque aucun député ne s’attarde sur le dossier. À l’UMP et à l’UDI, le mot d’ordre est le même : "liberté de vote". "Il y a des positions divergentes entre nous", s’est contenté de déclarer le chef de file des députés UMP Christian Jacob. Seul Guy Geoffroy (UMP), fervent supporteur du texte a osé mettre les pieds dans le plat. Interrogé par le quotidien "Libération", le défenseur du projet de loi, a émis une explication plutôt surprenante au mutisme de ses confrères. "Le sujet est dérangeant, reconnaît-il, car les vieux schémas telle l’idée que la prostitution restera le plus vieux métier du monde ou qu’elle est nécessaire sont encore présents…"

Une phrase lourde de sens. À l’écouter, on serait donc tenté de croire que la "discrétion" sur le sujet de la majorité des hommes politiques s’expliquerait par un cliché tenace, à savoir que la prostitution est un mal "nécessaire" car pratiquée depuis des siècles.

Justification frivole, rétorque Philippe Cochet, député UMP du Rhône. "Beaucoup de politiques comme moi, n’ont pas d’opinion sur le sujet et ne s’expriment pas parce qu’ils prennent le temps de la réflexion. Pour ma part, je pense que le dossier n’a pas été suffisamment travaillé, c’est tout", explique-t-il à FRANCE 24. "Il n’y a pas de sujet tabou", ajoute-t-il balayant d’un revers de main l’idée que le sujet de la sexualité tarifée paralyserait certains de ses confrères.

"Sommes-nous les mieux placés, nous les hommes, pour statuer ?"

Pour d’autres pourtant, comme Jérôme Guedj, député socialiste de l’Essonne - et membre de la commission des Affaires sociales -  l’idée de légiférer sur une profession presque entièrement féminine quand on est le sexe fort peut être déroutant. "Ce sujet [la prostitution] renvoie à la sexualité des hommes. Cela peut, il est vrai, parfois perturber le législateur", finit-il par admettre. "Oui, il y a un malaise. Le parlementaire peut se demander jusqu’à quel point le politique veut entrer dans la sphère de l’intime".

Même discours du député socialiste François Loncle, contacté par FRANCE 24. S'il salue un "texte de qualité", il reconnaît que le sujet peut être incommodant. "Sommes-nous vraiment les mieux placés, nous les hommes et les parlementaires, pour avoir un avis sur ces questions à caractère privé ?", précise-t-il avant de dénoncer "l’hypocrisie terrible" de certains de ses confrères, dont l’un, "partisan du texte [pour la pénalisation du client]" a recours aux services des prostituées "lors de ses déplacements à l’étranger".

Puritains et libertaires

Mais s’agit-il vraiment ici du domaine de l’intimité ? La majorité des prostituées en France sont des sans-papiers souvent victimes de réseaux mafieux, loin de l’image d’Épinal de la romantique "Pretty Woman", héroïne du film à succès de Gary Marshall en 1990. La réalité du quotidien est bien moins édulcorée : la marchandisation de leurs corps nourrit un immense trafic d’êtres humains à travers la planète. Dans l’imaginaire collectif pourtant, les poncifs romantiques autour de la fille de joie, libertine et libre de ses choix, ont toujours la dent dure.

"Il y a un clivage moral, pragmatique et religieux autour de ce dossier. Un clivage que les féministes distinguent entre ce qu’on pourrait appeler les puritains et des gens plus libertaires qui pensent qu’entre deux adultes consentants, on peut faire ce que l’on veut", analyse Janine Mossuz-Lavau, politologue et auteure de la "Prostitution à Paris", contactée par FRANCE 24. "Aborder la sexualité en politique, c’est tabou, certes, mais c’est surtout dangereux. Gardez bien à l’esprit que le silence de tous ces hommes s’expliquent aussi par le fait qu’ils ne veulent pas porter la responsabilité de ce texte extrêmement sensible qui pourrait être mal reçu par leurs électeurs", conclut-elle.

Première publication : 27/11/2013

  • FRANCE

    Deneuve et Aznavour parmi les personnalités contre la loi sur la prostitution

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prostitution : les "salopes" de 1971 répondent aux "salauds" de 2013

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Touche pas à ma pute", le manifeste polémique des "343 salauds"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)