Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

Economie

Le patron de PSA Philippe Varin renonce à sa retraite chapeau

© Wikimedia Commons

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2013

Philippe Varin, l'actuel PDG de PSA, a renoncé à sa retraite chapeau de 21 millions d'euros, d'après les syndicats du constructeur automobile. Une décision qui intervient après 24 heures de polémique.

Il était critiqué de toutes parts, Philippe Varin a fini par céder. L'actuel patron de PSA a décidé, mercredi 27 novembre, de renoncer à sa très controversée retraite chapeau d'environ 21 millions d'euros.

Les syndicats du constructeur automobile avaient dénoncé la veille les fonds que Peugeot Citroën avaient mis de côté pour assurer à Philippe Varin une retraite plus que confortable. "En retraite, M. Varin pourra continuer à toucher de PSA un million par an (2 740 euros par jour)", avait critiqué, dans un communiqué mis en ligne, la CGT de l'usine de Sochaux.

Par la suite, le monde politique et même le Medef avaient émis de sérieuses réserves sur l'opportunité d'une telle retraite chapeau. "Je suis contre et je suis choqué. Partir avec une retraite de cette importance là quand on a échoué à la tête de Peugeot, (…) je trouve ça indécent", avait ainsi réagi au micro de Radio Classique le député UMP Bruno Le Maire.

Philippe Varin, après avoir passé cinq ans à la tête de PSA, doit prochainement être remplacé par l'actuel numéro 2 de Renault Carlos Tavares. Sous son règne, le constructeur automobile français n'a pas réussi à éviter la crise et a dû annoncer, en juillet 2012, un plan de restructuration qui prévoit la suppression de 11 200 postes et la fermeture de l'usine d'Aulnay.

Première publication : 27/11/2013

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    La retraite chapeau de Philippe Varin fait grincer des dents chez PSA

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    L’État français serait prêt à entrer au capital de PSA Peugeot Citroën

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)