Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Silvio Berlusconi en passe d’être débarqué du Sénat par ses pairs

© AFP | Silvio Berlusconi pourrait perdre mercredi son siège de sénateur

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2013

Sauf surprise, le Sénat italien devrait se prononcer, mercredi, en faveur de la destitution de Silvio Berlusconi. Son éviction mettrait fin à 20 ans de domination sur la vie politique italienne. À moins que le "Cavaliere" parvienne encore à rebondir.

Le Sénat italien doit décider, dans la soirée du mercredi 27 novembre, s’il garde ou non dans ses rangs l'ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi. Ce vote fait suite à la condamnation définitive, en août, du "Cavaliere" pour fraude fiscale. Ses partisans ont tenté par tous les moyens de retarder l'échéance du scrutin au point que les procédures de vote sur sa destitution ne devraient démarrer que vers 18h (GMT). L'issue du vote ne fait guère de doutes puisque la gauche et le Mouvement cinq étoiles de l'ex-comique Beppe Grillo ont annoncé qu'ils uniraient leurs voix.

"Chaque sénateur devra voter à visage découvert"

Le départ du Sénat de Silvio Berlusconi, 77 ans, mettrait fin à ses 20 années d’activité politique, mais n’aurait aucun impact sur le gouvernement. L'exécutif gauche-droite mené par Enrico Letta a reçu la confiance de la Chambre haute lors de l'examen du budget pour 2014, dit "loi de stabilité". Au total, 171 sénateurs ont voté en faveur du gouvernement, et 135 se sont prononcés contre. Le budget n'a pas pour autant été adopté par les parlementaires, qui devront de nouveau voter à son sujet en fin d'année.

De son côté, le camp de Berlusconi a officialisé son passage à l'opposition en exprimant sa défiance à Enrico Letta. "À partir d'aujourd'hui, nous appartenons à l'opposition et la grande coalition prend fin", a déclaré Renato Brunetta, chef de file de Forza Italia à la Chambre des députés, où Enrico Letta dispose d'une majorité assurée.

Plus que la fin de la domination de Berlusconi sur la vie politique italienne, c'est cette rupture qui retenait, mercredi, l’attention de la presse transalpine. Plusieurs titres, d'ailleurs, ne semblent pas croire à la déchéance définitive de celui qu’on a longtemps qualifié d’"insubmersible". "Le pari de Silvio : je retournerai au palais Chigi", peut-on lire dans "La Repubblica".

"Berlusconi est encore et restera très puissant"

Les Berlusconiens en tous cas ne baissent pas les bras. Quelque 10 000 d’entre eux sont attendus à la manifestation prévue mercredi après-midi devant la résidence romaine de l’ex-président du Conseil. Ses opposants les plus farouches ont quant à eux appelé à fêter son expulsion annoncée près du Sénat.

L’autre question qui taraude les observateurs est celle de l’avenir judiciaire de Silvio Berlusconi. Privé de son immunité parlementaire, le "Cavaliere" pourrait-il être arrêté dans le cadre de la procédure pénale à Naples, où il est accusé d'avoir "acheté" un sénateur de gauche en 2006 ?

"C'est une hypothèse absurde, et dans la situation actuelle, complètement irréelle", a estimé Franco Coppi, l'un des avocats du magnat des médias. "À son âge, on ne va pas en prison sauf dans des cas exceptionnels", a ajouté Piercamillo Davigo, ancien membre du fameux pool anticorruption Mains Propres qui avait lancé les premières procédures à l'encontre de Berlusconi.

"Berlusconi est encore et restera très puissant, même si son pouvoir est sur le déclin. Il a encore d'énormes ressources, possède toujours ses médias [trois chaînes de télévision, des journaux], a obtenu 10 millions de voix il y a six mois", a indiqué à l’AFP le politologue James Waltson, professeur à l'Université américaine de Rome.

Silvio Berlusconi l'a d'ailleurs lui-même martelé : il restera quoi qu'il arrive à la tête de son parti refondé, Forza Italia. Selon des sondages effectués pour son compte, une coalition de droite recueillerait 24 % des suffrages en cas d'élections anticipées, "deux points de plus que le centre gauche".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 27/11/2013

  • JUSTICE

    ITALIE : Silvio Berlusconi renvoyé devant la justice pour corruption

    En savoir plus

  • ITALIE

    Berlusconi humilié au Sénat : "L'influence du Cavaliere s'érode"

    En savoir plus

  • ITALIE

    La droite italienne peut-elle se passer de Berlusconi ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)