Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Les inoubliables" de Jean-Marc Parisis

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile prête à faire face au "Snowmaggedon"

En savoir plus

SPORT

Retenu au Qatar, le footballeur Zahir Belounis peut rentrer en France

© Amnesty International | Le footballeur franco-algérien Zahir Belounis

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 29/11/2013

Le footballeur français Zahir Belounis, retenu au Qatar depuis juin 2012 en raison d'un différend avec son club d’Al-Jaish, a obtenu un visa de sortie. Il quittera donc enfin Doha pour la France jeudi.

Fin du cauchemar pour Zahir Belounis. Le footballeur français retenu au Qatar depuis le moins de juin 2012 va enfin pouvoir rentrer en France. Le Franco-Algérien de 33 ans a obtenu son visa de sortie après des mois de blocage. "Il est très heureux. Il a déjà réservé son vol", a déclaré son frère Mahdi Belounis à l’agence AP. Zahir Belounis devrait arriver en France jeudi 28 novembre.

"La Coupe du monde 2022 au Qatar sera le Mondial de la honte et de l'esclavagisme": Abdeslam Ouaddou

Le footballeur avait porté plainte contre son club d’Al-Jaish pour salaires impayés, mais depuis il s’était fait dire qu'il ne pouvait obtenir de visa de sortie que s'il renonçait à sa plainte.

Sous la pression internationale, notamment de la FIFPro (le syndicat des joueurs de football professionnels), le Qatar a finalement cédé. "Ils ont réalisé qu’ils étaient en train de détruire leur image", a indiqué Mahdi Belounis. "La pression de la FIFPro a été la goutte qui a fait déborder le vase. Ils se sont dit : ‘nous devons mettre un terme à cela et lui donner un visa de sortie‘."

Le système de la kafala pointé du doigt

Le cas de Zahir Belounis a mis en lumière la kafala, ce système d’emploi au Qatar qui empêche les travailleurs étrangers de quitter le pays sans une autorisation écrite de leurs employeurs. "Ce système est en train de me tuer et de nombreuses autres personnes risquent d’en souffrir", avait écrit Zahir Belounis dans une lettre ouverte publiée il ya quelques semaines dans "The Guardian" et adressée notamment à Zinedine Zidane et à l’entraîneur du Bayern Munich, Pep Guardiola.

"Je n’ai pas vu ma famille depuis juin 2012 car mon employeur refuse de me donner un visa de sortie. Je ne suis pas le seul dans cette situation. Beaucoup de travailleurs qui sont au Qatar pour construire les stades du Mondial-2022 risquent de se retrouver dans la même situation que moi. Si le Qatar ne renonce pas son système de la kafala, alors il y aura des centaines, voir des milliers de personnes prises au piège ici."

Deux autres footballeurs ayant évolué en France, l'attaquant international marocain Youssouf Hadji (ex-Bastia et Rennes) et son compatriote Abdeslam Ouaddou (ex-Valenciennes et Nancy), ont vécu des histoires similaires à celle de Zahir Belounis. Ils sont restés bloqués au Qatar pendant des mois suite à des conflits avec leurs clubs respectifs du Al-Arabi Doha (1ère division du Qatar) et de Lekhwiya.

Première publication : 27/11/2013

  • FOOTBALL

    Mondial-2022 au Qatar : le président de la Fifa tacle les Européens

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L’entraîneur français Stéphane Morello autorisé à quitter le Qatar

    En savoir plus

  • QATAR

    Qatar : morts en série sur des sites du Mondial-2022

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)