Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

EUROPE

Prostitution : en Europe, à chacun sa législation

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 29/11/2013

En Europe, concernant la prostitution, il y a presque autant de lois qu’il y a de pays. Si l’Allemagne réglemente les activités des travailleurs du sexe et autorise les maisons closes, d’autres, comme la Suède, criminalisent l'activité.

Alors que le débat sur la prostitution s’invite à l’Assemblée nationale en France, FRANCE 24 s’est penché sur les différentes législations européennes. Si certains pays tolèrent la prostitution et les maisons closes, d’autres au contraire possèdent une législation très répressive. De la Norvège au Portugal en passant par l’Espagne, découvrez les différentes lois encadrant les activités des travailleurs du sexe grâce à notre infographie.

Première publication : 28/11/2013

  • FRANCE

    La pénalisation des clients de prostituées en débat à l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Débat sur la prostitution : les hommes politiques français ne pipent mot

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prostitution : les "salopes" de 1971 répondent aux "salauds" de 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)