Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Infrastructures : les grands travaux de Donald Trump

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chômage en baisse : la France est-elle sortie de la crise ?

En savoir plus

EUROPE

Prostitution : en Europe, à chacun sa législation

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 29/11/2013

En Europe, concernant la prostitution, il y a presque autant de lois qu’il y a de pays. Si l’Allemagne réglemente les activités des travailleurs du sexe et autorise les maisons closes, d’autres, comme la Suède, criminalisent l'activité.

Alors que le débat sur la prostitution s’invite à l’Assemblée nationale en France, FRANCE 24 s’est penché sur les différentes législations européennes. Si certains pays tolèrent la prostitution et les maisons closes, d’autres au contraire possèdent une législation très répressive. De la Norvège au Portugal en passant par l’Espagne, découvrez les différentes lois encadrant les activités des travailleurs du sexe grâce à notre infographie.

Première publication : 28/11/2013

  • FRANCE

    La pénalisation des clients de prostituées en débat à l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Débat sur la prostitution : les hommes politiques français ne pipent mot

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prostitution : les "salopes" de 1971 répondent aux "salauds" de 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)