Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

EUROPE

Prostitution : en Europe, à chacun sa législation

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 29/11/2013

En Europe, concernant la prostitution, il y a presque autant de lois qu’il y a de pays. Si l’Allemagne réglemente les activités des travailleurs du sexe et autorise les maisons closes, d’autres, comme la Suède, criminalisent l'activité.

Alors que le débat sur la prostitution s’invite à l’Assemblée nationale en France, FRANCE 24 s’est penché sur les différentes législations européennes. Si certains pays tolèrent la prostitution et les maisons closes, d’autres au contraire possèdent une législation très répressive. De la Norvège au Portugal en passant par l’Espagne, découvrez les différentes lois encadrant les activités des travailleurs du sexe grâce à notre infographie.

Première publication : 28/11/2013

  • FRANCE

    La pénalisation des clients de prostituées en débat à l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Débat sur la prostitution : les hommes politiques français ne pipent mot

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prostitution : les "salopes" de 1971 répondent aux "salauds" de 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)