Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Economie

L’armée américaine prise la main dans le sac du piratage informatique

© US Army

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/11/2013

Le gouvernement américain a accepté de payer 50 millions de dollars à un éditeur de logiciel qui avait découvert que la Grande Muette utilisait l’un de ses produits sans grand égard pour le droit de propriété.

L’armée américaine, cet affreux pirate informatique. C’est peut-être grossir un peu le trait, mais l’accord financier trouvé entre les autorités américaines et la société texane Apptricity est du plus mauvais effet pour l’image de l’administration. L’exécutif a en effet accepté de verser à Apptricity 50 millions de dollars (36,7 millions d’euros) pour mettre fin à une procédure judiciaire à l’encontre de son bras armé pour utilisation illégale de logiciels informatiques, a annoncé l’entreprise mardi 26 novembre.

Et encore, les militaires américains s’en sortent bien. Dans sa plainte, déposée en février 2012, Apptricity réclamait 224,5 millions de dollars (164,8 millions d’euros). Mais pour la société texane, cette somme revue à la baisse lui garantit qu’elle pourra continuer à travailler avec l’État américain, souligne le quotidien "Dallas News", le premier à avoir relaté l’histoire. “Si elle allait au bout de la procédure, elle risquait de s’aliéner son plus important client”, rappelle le journal.

Depuis 2004, Apptricity fournit aux militaires une solution informatique qui lui a rapporté plusieurs millions de dollars. Le logiciel permet de mieux suivre à distance les mouvements des troupes américaines et du matériel déployé en Afghanistan, en Irak, etc. En 2010, c’est également grâce à ce logiciel que le département de la Défense a réussi à garder une vue d’ensemble des opérations au sol lors du tremblement de terre à Haïti.

Bourde de l'armée

Mais l’affaire aurait du être encore plus lucrative pour Apptricity. À partir de 2008, l’éditeur de logiciel commence à soupçonner qu’il y a un vers dans la pomme de son contrat avec la Grande Muette américaine. Sa solution semble être tellement appréciée par l’armée qu’Apptricity se demande s’elle ne tourne pas sur davantage de postes de travail qu’autorisés. Le groupe reçoit, en effet, des rapports d’utilisation de son logiciel dans plus en plus de pays où l’armée américaine est présente.

Des soupçons confirmés lorsqu’un militaire se vante, début 2010 lors d’une présentation, que le logiciel est installé sur des “milliers” d’ordinateurs, raconte le site de la chaîne britannique BBC. Une faux pas : le contrat qui lie l’armée à Apptricity ne prévoit que 500 licences. On est donc très loin du compte. La société texane apprend, durant les négociations, que leur produit a, en fait, été installé illégalement sur 9000 postes !

Une révélation qui intervient alors même que l’exécutif avait fait du piratage informatique l’un de ses chevaux de bataille pour la campagne électorale de 2012. Le vice-président Joe Biden qualifie même ce phénomène “de vol pur et simple, similaire au fait de casser la vitrine d’un magasin et de se servir”. L’histoire ne dit pas ce que les 9000 “cambrioleurs” de l’armée américaine ont, alors, pensé de ces déclarations.

Première publication : 29/11/2013

  • DÉFENSE

    Le caillou, prochaine arme d'espionnage des États-Unis ?

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Les soldats américains bientôt dans la peau d'"Iron Man"

    En savoir plus

  • INNOVATION

    L'impression 4D, une technologie qui fait saliver l'armée américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)