Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Le Paris secret des passages

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mauvais pari"

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Bond de popularité pour l'exécutif : regain éphémère ou capital politique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'insaisissable Djamel Beghal"

En savoir plus

DÉBAT

Éducation, banlieues, jeunesse, le "vivre-ensemble" de François Hollande (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

États-Unis : spéculation autour des places du Super Bowl

En savoir plus

DÉBAT

Éducation, banlieues, jeunesse, le "vivre-ensemble" de François Hollande

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ahmed, 8 ans, au commissariat

En savoir plus

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

Afrique

Aucun survivant après le crash d'un avion mozambicain en Namibie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/11/2013

L'avion mozambicain assurant la liaison entre Maputo et Luanda, qui avait disparu vendredi des écrans de contrôle, a été retrouvé carbonisé dans le nord-est de la Namibie. Aucune des 34 personnes à bord - dont un Français - n'a survécu.

Le vol TM470 de Mozambique Airlines au départ de Maputo, la capitale mozambicaine, était censé relier la capitale angolaise à 13H10 GMT, vendredi 29 novembre, mais il n'est jamais arrivé à Luanda. Il a disparu des écrans radars alors qu'il traversait une zone de fortes pluies.

La compagnie avait l'espoir qu'il ait réussi à se poser près de la frontière du nord de la Namibie. Mais c'est la carcasse calcinée de l'appareil qui a été retrouvée samedi dans le secteur du Parc national de Bwabwata, dans la région de Kavango, en Namibie.

Le vol transportait 28 passagers et six membres d'équipage. Il n'y a aucun survivant, a annoncé la police namibienne.

L'agence officielle de presse Chine nouvelle précise qu'un ressortissant chinois avait embarqué à bord de l'avion, de même qu'un Français, un Brésilien, cinq Portugais, neuf Angolais et dix Mozambicains.

Avec dépêches (Reuters et AFP)

 

Première publication : 29/11/2013

COMMENTAIRE(S)