Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

La pénalisation des clients de prostituées en débat à l'Assemblée

© Charlotte Boitiaux/France 24

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/11/2013

Les députés français se penchent vendredi sur le projet de loi visant notamment à sanctionner les clients des prostituées et à abroger le "délit de racolage passif". Des dispositions qui divisent la classe politique et l'opinion publique.

Après des semaines de controverse médiatique en France, le débat à l'Assemblée nationale sur la proposition de loi visant à sanctionner les clients de prostituées a démarré vendredi 29 novembre, dans un hémicycle où avaient pris place à peine une vingtaine de députés.

Si le texte "renforçant la lutte contre le système prostitutionnel" fait débat au sein de chaque parti comme dans l'opinion, seuls les écologistes et une poignée de députés UMP défendront dans l'hémicycle la suppression de la disposition la plus controversée, celle qui punit l'achat d'actes sexuels d'une amende de 1 500 euros.

De fait, les divisions se font plus visibles près de l'Assemblée où ont lieu deux rassemblements : l'un contre la pénalisation du client à l'appel du Syndicat du travail sexuel (Strass), l'autre pour cette disposition, à l'appel d'associations féministes ou d'aide aux prostituées (comme le mouvement du Nid).

"Je ne dors plus la nuit depuis ce projet de loi", confie à FRANCE 24 Djovana, l’une des "travailleuses du sexe" qui manifestent aux Invalides contre le projet de loi. Comment vais-je gagner ma vie si la loi passe ?" Dans le cortège, François-Xavier Perrault, du Parti radical de gauche dénonce pour sa part "une loi idéologique aux conséquences négatives qui plongera les prostituées dans la clandestinité et dans les réseaux mafieux".

"Hypocrisie"

La rapporteur du texte, Maud Olivier (PS), a donné le coup d’envoi de l’examen de cette proposition de loi en s'en prenant à "l'hypocrisie" des opposants : "Il suffirait qu'une seule prostituée se dise libre pour que l'esclavage des autres soit respectable et acceptable ?"

"Comment trouver glamour les 10 à 15 pénétrations par jour subies par les prostituées contraintes, pour des raisons évidemment économiques avec des conséquences dramatiques sur leur santé ?", a-t-elle continué. Et la députée d’ajouter, en citant l'anthropologue Françoise Héritier : "Dire que les femmes ont le droit de se vendre, c'est masquer le fait que les hommes ont le droit de les acheter".

"Comment faire semblant d'ignorer que c'est l'argent des clients qui alimente les proxénètes ?", a-t-elle ajouté, précisant que le chiffre d'affaires de la traite des êtres humains en Europe était de "trois milliards de dollars" (2,2 milliards d'euros).

Le texte, qui n'interdit pas la prostitution, légale en France, propose également d'abroger le "délit de racolage passif", une demande des prostituées. Ceci en dépit des réserves du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, pour qui ce délit est un outil d'"aide à la connaissance des réseaux", via les garde à vue et les auditions.

La disposition prévoit enfin des mesures d'accompagnement social pour celles qui veulent quitter la prostitution. Les étrangères – 80 à 90 % des prostituées, selon l'Intérieur – engagées dans un "parcours de sortie" pourront obtenir un titre de séjour de six mois, renouvelable.

On estime à plus de 20 000 le nombre des prostituées en France. Elles viennent notamment d'Europe de l'Est (Bulgarie, Roumanie), d'Afrique (Nigeria, Cameroun), de Chine et d'Amérique du Sud. La grande majorité est victime de réseaux de proxénétisme et de traite.

La proposition de loi, qui devra ensuite être adoptée au Sénat dans les mêmes termes pour entrer en vigueur, s'inspire de l'exemple de la Suède, où les clients sont pénalisés depuis 1999, ce qui a conduit à une réduction de moitié de la prostitution de rue en 10 ans.

Avec AFP

Première publication : 29/11/2013

  • INFOGRAPHIE

    Prostitution : en Europe, à chacun sa législation

    En savoir plus

  • FRANCE

    Débat sur la prostitution : les hommes politiques français ne pipent mot

    En savoir plus

  • Revue de presse nationale

    "À chaque main qui vous touche, vous perdez une partie de vous-même"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)