Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Prostitution : ces femmes qui travaillent aux corps

© AFP

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 29/11/2013

Elles sont jeunes et moins jeunes, filles ou transsexuelles, exercent la même profession et sont vent debout contre le projet de loi du gouvernement sur la pénalisation du client. Portraits croisés de trois prostituées.

À l'occasion de la manifestation, vendredi 29 novembre, des travailleurs du sexe contre le projet de loi du gouvernement sur la prostitution, FRANCE 24 est allé à la rencontre de trois prostituées, d'horizon et de profil différents. Chacune d'elles porte un regard très personnel sur le plus vieux métier du monde. Portraits.

Mado, 47 ans, une des "filles du Bois de Vincennes" (Crédit : Charlotte Boitiaux / FRANCE 24)

"La prostitution c'est comme les autres boulots : faut avoir un bon CV pour avoir une bonne place"

Mado* a la gouaille. Insolente et provocatrice, cette Française d’origine camerounaise âgée de 47 ans n’aime pas vraiment que le gouvernement "se mêle de ce qui se passe dans son lit". Exerçant au Bois de Vincennes depuis 12 ans, dans sa "belle" camionnette blanche, avec ses "copines" à quelques pas d’elle, Mado se définit comme une "traditionnelle", une fille libre, sans lien avec les réseaux mafieux, et plutôt épanouie. "Oui, épanouie, insiste-t-elle, je ne suis pas malheureuse […]. Je suis indépendante, je n’ai pas de mac, je n’ai pas peur, et je suis la meilleure maman du monde", lâche cette mère de cinq enfants dans un éclat de rire. Mado porte un regard plutôt bienveillant sur son métier, même si elle reconnaît que les premiers temps furent assez durs. "On ne se fait pas une place comme ça, confesse-t-elle. La prostitution, c’est comme tous les autres boulots : faut avoir un bon CV pour avoir un bon endroit."

En venant vendredi à l’Assemblée nationale pour manifester contre le projet de loi sur la pénalisation du client, Mado espère surtout croiser le fer avec quelques députés. "[Les hommes politiques], on les fait monter dans notre camionnette, et voilà comment ils nous remercient", s’emporte-t-elle, avant de remonter son écharpe, baisser sa capuche sur ses yeux à l'approche des caméras et de prévenir : "Dans mon lit, c’est moi la maîtresse, c’est moi qui commande. Si j’en chope un [député] prochainement, il va voir qui fait la loi dans mon camion."

Sarah, une transsexuelle colombienne de 36 ans, exerce au Bois de Boulogne (Crédit : Charlotte Boitiaux / FRANCE 24)

"Ces députés qui votent contre nous viennent nous voir !"

Sarah n’a pas la même assurance. Un peu à l'écart de la manifestation, elle n'a pas la même ardeur que Mado dans ses propos. La prostitution, c’est un choix, explique cette Colombienne de 36 ans, qui a débarqué en France en 1998. Mais c’est aussi un métier "un peu honteux, un peu mal vu". Surtout quand on est transsexuelle, qu’on maîtrise mal la langue française, et qu’on est loin des siens. "Je n’ai pas dit ce que je faisais à ma mère et à ma sœur. Je n’ai jamais eu le courage. Elle pense que je suis femme de ménage à Paris", explique-t-elle. Sarah travaille au Bois de Boulogne, "de midi à 17 heures, pas de nuit", avec d’autres transsexuels. "Ca va, ici je n’ai jamais eu de problème, on ne m’a jamais maltraitée, jamais violée, se justifie-t-elle, et je gagne bien ma vie, je touche environ 3000 euros par mois." Mais le métier reste "pas facile". "Faire l’amour avec un inconnu, c’est pas toujours bien", lâche-t-elle, avec une naïveté déroutante. Heureusement, à Paris, il y a les "copines" et "de la solidarité malgré ce qu’on pense. C’est pas que de la concurrence entre nous", explique-t-elle.

Il y a toutefois des règles à respecter pour ne pas entrer en guerre avec ses voisines. "On a chacun notre territoire, les trans’ d’un côté, les filles de l’autre", explique-t-elle. Tout comme Mado, Sarah dénonce aujourd’hui l’hypocrisie des députés français. "Ces gens qui votent contre nous viennent nous voir, c’est complètement fou comme position", s'étonne-t-elle. Si la loi passe, Sarah ne sait pas ce qu’elle fera. Elle n’exercera pas la prostitution en Colombie : "là-bas, tu risques de te faire tuer avec ce métier", prévient-elle. "Finalement, peut-être que je pourrais faire des ménages", soupire-t-elle. "Comme ça, moi aussi, j’arrêterai d’être hypocrite avec ma mère."

Une prostituée masquée lors de la manifestation contre le projet de loi sur la prostitution (Crédit photo : AFP)

"La prostitution, ça conserve !"

Jeanne* qui est venue s'asseoir sur le même banc que Sarah, transpire sous son masque blanc. Et s’énerve quand les journalistes s’approchent d’elle, une caméra ou un appareil photo à la main. "C’est quoi leur problème, faire le tapin à 60 ans passés, ça les dépasse ?", s’emporte-t-elle. Jeanne est en effet un peu plus âgée que la plupart des manifestants. Ses cheveux grisonnants trahissent sa maturité. Et attirent le regard. "Je suis plus de première fraîcheur, certes, mais les clients, j’en ai encore !", s'exclame-t-elle en riant. Jeanne est venue à Paris pour soutenir les travailleurs du sexe. Mais depuis la loi sur le racolage instaurée en 2003 sous l’ère Sarkozy, elle a décidé d’aller exercer son métier à la campagne, en Seine-et-Marne. Un pari qui n’est pas risqué, selon elle. "Ici, là-bas, c’est pareil. On pense qu’à la campagne, on a moins recours à nous, c’est une idée fausse", explique-t-elle. Les clients se fidélisent plus vite, au contraire, et reconnaissent sa camionnette qui sillonne les routes.

Du haut de sa soixantaine passée, Jeanne ne regrette donc pas de s’être exilée loin du périphérique parisien. Elle compte encore moins arrêter. "Vous plaisantez, la prostitution, ça conserve !", lâche-t-elle avant d’énumérer le profil de ses clients. "Vous croyez que je vais renoncer à ces petits jeunes qui sont beaux, qui sentent bons et qui sont plein de vitalité, alors qu’ils viennent à moi ?, plaisante-t-elle. Si on les pénalise, non seulement on va décourager nos clients, mais en plus, s’ils sont contrariés, ils risquent d’être moins performants !"

* Les prénoms ont été changés

Première publication : 29/11/2013

  • FRANCE

    La pénalisation des clients de prostituées en débat à l'Assemblée

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Prostitution : en Europe, à chacun sa législation

    En savoir plus

  • FRANCE

    Débat sur la prostitution : les hommes politiques français ne pipent mot

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)