Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

SPORT

Zahir Belounis, bloqué un an au Qatar : "Certaines personnes vont payer"

© AFP | Le footballeur Zahir Belounis de retour en France

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 29/11/2013

Le footballeur franco-algérien Zahir Belounis est rentré le 28 novembre en France après avoir été bloqué pendant plus d’un an au Qatar à la suite d'un différend avec son club d’Al-Jaish. FRANCE 24 était à l’aéroport pour l’accueillir.

Accompagné de représentants de la FIFpro, organisation qui défend les droits des footballeurs dans le monde, Zahir Belounis est arrivé jeudi en début de soirée à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, en provenance de Doha au Qatar. "Je suis fier d'être Français, je suis en France aujourd'hui, je suis rentré chez moi et c'est bon d'être rentré", a déclaré Belounis à sa descente d’avion, lui qui n'avait plus embrassé sa mère depuis un an et demi.

Le Franco-Algérien de 33 ans est arrivé au Qatar en 2007. Il s'y est intégré jusqu'à être naturalisé et porter le maillot national lors de la Coupe du monde militaire en 2010 au Brésil. Mais en 2012 tout bascule ! Son club d’Al-Jaish cesse de le payer. Au bout de plusieurs mois, il décide de saisir la justice. Mais au Qatar, futur pays hôte du Mondial-2022 de football, impossible de quitter le territoire sans le feu vert de son parrain ou de son entreprise. Les autorités lui refusent alors ce visa de sortie.

Le joueur originaire du Val-de-Marne, en région parisienne, se retrouve donc coincé pendant 17 mois. Sous la pression internationale, notamment de la FIFPro, le Qatar a fini par céder. "Ils ont réalisé qu’ils étaient en train de détruire leur image", a indiqué Mahdi Belounis, le frère du footballeur.

"Ils m'ont détruit mais ce n'est pas fini"

"Quand je décide de porter plainte, on me dit que je vais le regretter. Ils m'ont détruit en partie. Ils m'ont détruit mais ce n'est pas fini, a expliqué Zahir Belounis. Avec le club, l’affaire est en justice. J’ai crié tellement fort pendant des mois pour qu’on m’entende... On m’a fait du mal, je vais voir mon avocate et les gens qui ont fait ça vont le payer, ils vont le payer très cher." Si le joueur est en colère contre son ancien club d'Al-Jaish, cette équipe de deuxième division qatarie, il n'a rien contre le pays lui-même. "C'est important de le dire, je n'ai aucun souci avec le Qatar, mon problème, c'était avec le club, et certaines personnes du club vont payer pour ce qu'elles ont fait, ça c'est clair", a-t-il insisté.

Abdeslam Ouaddou, autre footballeur à avoir vécu ce genre de situation au Qatar, alors qu'il évoluait au sein du club de Lekhwiya, était jeudi à Roissy pour l'accueillir. "C'est une victoire pour l'instant sur le Qatar, a asséné l'ancien joueur de Valenciennes et Nancy. Mais il reste 1,3 million de travailleurs qui subissent les mêmes sévices, à cause de ce système esclavagiste, et on ne sera vraiment content que le jour où ce système sera vraiment réformé, car n'oublions pas qu'ils doivent organiser une Coupe du monde."

Première publication : 29/11/2013

  • FOOTBALL

    Retenu au Qatar, le footballeur Zahir Belounis peut rentrer en France

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2022 au Qatar : le président de la Fifa tacle les Européens

    En savoir plus

  • QATAR

    La statue du coup de tête de Zidane déboulonnée à Doha

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)