Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Iran fait la chasse aux coupes de cheveux "sataniques""

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un haut responsable en fuite dénonce un "coup d'État"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'amour fait songer, vivre et croire"

En savoir plus

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

Moyen-orient

Les États-Unis détruiront en mer une partie de l'arsenal chimique syrien

© Capture d'une vidéo de la télévision syrienne | Un inspecteur de l'OIAC en Syrie, le 8 octobre 2013

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2013

les États-Unis détruiront une partie des armes chimiques syriennes sur un de leur bateaux, a annoncé l'OIAC, samedi. Adopté le 15 novembre, le plan de destruction de ces armes prévoit un anéantissement de l'arsenal d’ici la mi-2014.

Une partie de l'arsenal chimique syrien, plus particulièrement des produits jugés "prioritaires", sera détruite en mer sur un navire appartenant aux États-Unis, a annoncé l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), samedi 30 novembre. "Le directeur général (de l'OIAC) a indiqué que les opérations de neutralisation (des armes chimiques, NDLR) seront menées en mer sur un navire des États-Unis en utilisant la technique de l'hydrolyse", a indiqué l'organisation basée à La Haye dans un communiqué. "Un navire est actuellement en train d'être modifié pour pouvoir accueillir les opérations et supporter les opérations de vérification de l'OIAC", a-t-elle ajouté.

Le 15 novembre, le conseil exécutif de l'OIAC avait adopté une feuille de route sur la destruction de l'arsenal chimique syrien d'ici à la mi-2014, comprenant un plan détaillant des méthodes possibles de destruction de ces armes, hors de la Syrie, sur terre ou en mer. Mais, en dépit du consensus sur la destruction de l'arsenal chimique syrien hors du pays en guerre, aucun pays n'a à ce jour accepté qu'elle s'effectue sur son sol.

Aux termes de l'accord, les armes syriennes les plus dangereuses doivent être transportées hors du pays en guerre avant le 31 décembre. La majorité des autres armes chimiques et des précurseurs entrant dans la composition des produits toxiques, à l'exception de l'isopropanol pouvant servir à la fabrication de gaz sarin, doivent être retirés du pays d'ici le 5 février 2014. Les installations de production déclarées par le régime seront détruites entre le 15 décembre et le 15 mars 2014, selon l'organisation.

Avec dépêches (AFP)

 

Première publication : 30/11/2013

  • SYRIE

    L'OIAC adopte le plan de destruction de l'arsenal chimique syrien

    En savoir plus

  • PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

    Armes chimiques : "La France n'a pas su les détruire, comment la Syrie ferait-elle ?"

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Il sera très compliqué de détruire l'arsenal chimique syrien en peu de temps"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)