Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

FRANCE

Marche contre le racisme : "Il faut montrer que la France n'est pas comme ça"

© Stéphanie Trouillard / France24

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 01/12/2013

Face aux récentes attaques contre la ministre Christiane Taubira, des milliers de personnes se sont rassemblées à Paris pour une marche. Militants associatifs, politiques ou simples anonymes, tous disent non à la banalisation de la parole raciste.

"Ma race est humaine", "On est tous des Taubira !", "De quelle couleur est votre cœur ?". Dans les rangs de la marche organisée à Paris, samedi 30 novembre, depuis la place de la République, les pancartes tenues par les manifestants expriment leur indignation face au racisme. Quelques semaines après les insultes lancées à l’encontre de la ministre de la Justice Christiane Taubira la comparant à un singe, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées pour dire non à toutes formes de discrimination.

En tête de cortège, ce sont des collectifs ultramarins, CollectifDom et CM98 (Comité Marche du 23 Mai 1998), très touchés par les attaques contre la Garde des Sceaux, qui lancent le mouvement. "Il faut répondre à toutes formes de racisme ! Plus de 101 associations ont signé notre appel", se félicite José Romana, membre du CM98, qui milite pour la mémoire des victimes de l’esclavage. Aux côtés de ces collectifs représentant la communauté d’outre-mer, les quatre grandes associations antiracistes (SOS Racisme, LDH, Licra et MRAP), ont aussi tout naturellement rallié cette marche. "Il y a eu un catalyseur avec la Une de Minute et les insultes contre la Ministre, mais cela fait plusieurs années que l’on dénonce la libération de la parole raciste", dénonce Hadrien Lenoir du bureau national de Sos Racisme. "Il y a une vraie décomplexion et on a besoin d’un sursaut républicain. Notre période ressemble à celle des années 30 avec la crise économique, un gouvernement impopulaire et une opposition éclatée. Il y a un repli identitaire et c’est le Front National qui bénéficie de tout cela". Trente ans après la célèbre "marche contre le racisme" ou "marche des beurs", ce militant refuse toutefois de dresser un tableau trop sombre : "les violences physiques ont relativement disparu, néanmoins il y a toujours des discriminations mais qui sont moins visibles".

"Au-delà des partis politiques"

De nombreux élus ont également rejoint la marche. En première ligne, la seule représentante du gouvernement, George Pau-Langevin, la ministre déléguée chargée de la Réussite éducative, ne cache pas son dégoût face au climat ambiant : "Quand on insulte une ministre, ce sont les valeurs de la République qui sont insultées. Nous sommes venus pour dire que le racisme n’est pas possible". À quelques mètres de la ministre, en rangs serrés, deux adversaires politiques, se tiennent par le bras. Alvine Moutongo-Black, du Modem, adjointe au maire de Clichy La Garenne fait front avec Muriel Guenoux, présidente des Radicaux de Gauche de l’Ile de France : "On est au-delà des partis politiques. La République se fait ensemble dans la diversité. Ce sont des propos très graves qui ont été tenus. Qu’un journal puisse faire ça en Une, c’est gravissime, on ne peut pas rire de tout !".

Une unité affichée également par les syndicats. Dans la manifestation, CGT, CFDT ou encore UNSA défilent côte à côte. "Même si on est une organisation syndicale, on ne pouvait pas laisser passer ce type de propos", s’insurge Béatrice Phillipet, secrétaire régional UNSA, de la Haute-Normandie. Pour cette syndicaliste, le racisme est aussi de plus en plus présent au sein des entreprises : "On s’aperçoit que lors de l’embauche des salariés, il y a toujours la question du faciès ou alors celle du quartier d’où viennent les gens. Ce sont des choses intolérables. Si on n’agit pas maintenant, demain il saura trop tard".

"La France est ignorante"

Les acteurs de la société civile sont aux premiers rangs pour exprimer leur colère face "au climat nauséabond". Mais dans le cortège, très clairsemé, des anonymes ont également fait le déplacement. Patrick Ramassany, un Antillais, a du mal à reconnaître son pays : "Quand il y a eu les insultes contre Christiane Taubira, j’étais aux Etats-Unis pour une conférence, j’ai eu honte. Ils en parlaient partout là-bas". Près de lui, Yvette Danois n’a pas hésité elle non plus à braver le froid de cette fin du mois de novembre. "Etant noire et immigrée, je me sens concernée", explique cette femme d’une quarantaine d’années. "Il faut aller au devant et montrer que la France n’est pas comme ça. Il s’agit d’une minorité, mais la majorité doit faire attention". Pour cette manifestante, c’est au gouvernement de prendre des mesures pour lutter contre le racisme : "Il faut refaire les programmes d’histoire. Tant qu’on ne parle pas du passé, on ne peut pas construire l’avenir. La France est ignorante".

L’avenir appartient justement à Dhiya et Medina, deux élèves du lycée Honoré de Balzac de Paris. Ces deux amis sont fiers d’être présents. Alors que l’on s’apprête à commémorer les 30 ans de la marche contre le racisme, ils veulent à leur manière reprendre le flambeau : "Ils ont été très courageux car au début ils étaient peu", expliquent-il en faisant référence au mouvement de 1983. "Nous aussi on a créé un syndicat lycéen. Il faut toujours lutter ! Notre but c’est de dénoncer un maximum le racisme", s’enthousiasment-t-ils avant de repartir dans la manifestation.

Première publication : 30/11/2013

  • FRANCE

    Le scandale du "blackface" : symptôme d'un racisme structurel ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Taubira et Valls main dans la main contre le racisme

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'ONU condamne les "attaques racistes" contre Christiane Taubira

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)