Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

Asie - pacifique

Washington conseille aux avions de ligne survolant la mer de Chine de se signaler

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/11/2013

Sans accepter les règles imposées par Pékin, qui demande à tout appareil étranger traversant la mer de Chine orientale de se signaler, Washington recommande aux compagnies aériennes américaines d'indiquer leurs plans de vol aux Chinois.

Signe de la montée des tensions en mer de Chine orientale, les États-Unis ont recommandé vendredi 29 novembre aux compagnies aériennes américaines de signaler au préalable aux autorités chinoises leurs plans de vol dans cette région du monde.

La directive américaine fait suite à la montée des tensions dans cette mer au-dessus de laquelle Pékin a instauré unilatéralement la semaine dernière une "zone aérienne d’identification" (ZAI), en demandant à tout appareil étranger traversant le secteur de se signaler aux autorités chinoises.

La zone en question couvre les îlots inhabités au cœur du contentieux territorial entre la Chine et le Japon, appelés Senkaku par Tokyo et Diaoyu par Pékin. Le Japon administre ces îlots, situés à environ 150 km des îles japonaises Yaeyama, mais Pékin conteste qu’ils soient japonais.

Washington refuse de plier

En vertu des nouvelles règles fixées par Pékin, tout appareil étranger doit signaler son plan de vol aux autorités chinoises, rester en contact radio et répondre rapidement aux demandes d’identification, ou encore présenter des marquages clairs de nationalité et d’immatriculation.

"Le gouvernement américain attend des compagnies aériennes américaines opérant à l’étranger qu’elles se conforment aux avis émis par des pays tiers", a déclaré le département d’État. Mais selon un responsable de l’administration Obama, cela ne signifie pas que Washington accepte les nouvelles réglementations instaurées par Pékin.

Mercredi, déjà, Jen Psaki, porte-parole du département d'État, avait déclaré que les compagnies américaines avaient reçu pour recommandation de prendre des mesures pour survoler en toute sécurité la mer de Chine orientale. "Nous demandons à la Chine de faire preuve de prudence et de retenue, et nous consultons les Japonais et les autres parties concernées dans la région", a déclaré vendredi à Reuters un responsable de l’administration américaine. Seules les deux principales compagnies aériennes nippones, ANA et Japan Airlines, ont été autorisées par Pékin depuis mercredi à ne plus s’identifier auprès des autorités chinoises lorsque leurs appareils traversent la zone.

Vols d’avions militaires japonais et coréens dans la zone

Jeudi et vendredi, Pékin a dépêché plusieurs chasseurs et un avion de détection dans la ZAI qu’il a instaurée unilatéralement en mer de Chine orientale. Les chasseurs ont décollé vendredi afin de mener une "surveillance efficace", a déclaré le porte-parole de l’armée de l’air chinoise, Shen Jinke.

Le Japon a pour sa part fait voler dix avions militaires, y compris des chasseurs F-15, dans cette zone, où Washington avait envoyé mardi deux bombardiers B-52 non armés en signe de soutien à son allié nippon. Ces appareils n’ont pas envoyé de signalement préalable à Pékin lorsqu’ils ont pénétré dans la "zone d’identification aérienne". La Corée du Sud y a également fait voler des avions.

Le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, a déclaré que l’armée japonaise n’avait signalé aucun appareil chinois dans la zone ces dernières heures. "Nous n’avons rien à signaler en termes de présence d’avions", a dit Onodera samedi à l’audiovisuel public NHK.

Avec dépêches (Reuters)

 

Première publication : 30/11/2013

  • ÎLES SENKAKU-DIAOYU

    Chasseurs chinois contre bombardiers américains en mer de Chine

    En savoir plus

  • CHINE

    Des B-52 américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne chinoise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)