Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

Moyen-orient

Un obus tombe sur l'école française de Damas sans faire de blessés

© AFP | Une salle de classe de l'école française de Damas, le 9 mai 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2013

Un obus de mortier est tombé, dimanche matin, sur l'école française de Damas sans faire de victimes. 220 élèves suivent toujours des enseignements dans cet établissement.

Un obus est tombé, dimanche 1er novembre au matin, sur l'école française de Damas, en Syrie, alors que la classe avait commencé, causant des dégâts matériels mais pas de victimes, a affirmé à l'AFP un responsable de l'accueil, Bachir Oneiz. "Un obus est tombé vers 9h [heure locale] sur la cheminée d'une classe. Personne n'a été blessé mais des vitres ont été brisées et des murs fissurés", a indiqué ce responsable à l'AFP.

"L'obus est tombé sur la classe de 12e. Il y avait quinze enfants âgés de cinq ans. C'est un miracle, personne n'a été touché, ni élèves ni professeurs ni employés", a expliqué l'infirmière de l'école, Aline Farah. "À l'annonce de l'explosion, les parents sont venus chercher leurs enfants", a-t-elle ajouté.

220 élèves contre 900 au début du soulèvement

Reportage en mai 2013 à l'école française de Damas

L'école Charles de Gaulle de Damas est située à Mazzé, un quartier huppé dans l'ouest de la capitale. Elle compte 220 élèves, syriens pour la très grande majorité contre 900 avant le soulèvement contre le régime en mars 2011. À l'exception de bourses accordées à 40 Franco-Syriens, la France a en effet coupé ses aides concomitamment à la fermeture de son ambassade en mars 2012 pour afficher son opposition au président Bachar al-Assad dont elle réclame le départ. De fait, ce sont les frais de scolarité des parents et maintenant les réserves financières de l'école qui font survivre l'établissement.

Depuis des mois, des obus de mortier tombent sur différents quartiers de la capitale. Le régime de Damas accuse les rebelles de les tirer.

Avec dépêche (AFP)

 

Première publication : 01/12/2013

  • SYRIE

    Genève-2 : "Les négociations vont porter sur une diminution des combats"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Dans le nord, des Kurdes de Syrie annoncent une administration autonome

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie, nouvelle terre de djihad pour les Palestiniens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)