Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

Un obus tombe sur l'école française de Damas sans faire de blessés

© AFP | Une salle de classe de l'école française de Damas, le 9 mai 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2013

Un obus de mortier est tombé, dimanche matin, sur l'école française de Damas sans faire de victimes. 220 élèves suivent toujours des enseignements dans cet établissement.

Un obus est tombé, dimanche 1er novembre au matin, sur l'école française de Damas, en Syrie, alors que la classe avait commencé, causant des dégâts matériels mais pas de victimes, a affirmé à l'AFP un responsable de l'accueil, Bachir Oneiz. "Un obus est tombé vers 9h [heure locale] sur la cheminée d'une classe. Personne n'a été blessé mais des vitres ont été brisées et des murs fissurés", a indiqué ce responsable à l'AFP.

"L'obus est tombé sur la classe de 12e. Il y avait quinze enfants âgés de cinq ans. C'est un miracle, personne n'a été touché, ni élèves ni professeurs ni employés", a expliqué l'infirmière de l'école, Aline Farah. "À l'annonce de l'explosion, les parents sont venus chercher leurs enfants", a-t-elle ajouté.

220 élèves contre 900 au début du soulèvement

Reportage en mai 2013 à l'école française de Damas

L'école Charles de Gaulle de Damas est située à Mazzé, un quartier huppé dans l'ouest de la capitale. Elle compte 220 élèves, syriens pour la très grande majorité contre 900 avant le soulèvement contre le régime en mars 2011. À l'exception de bourses accordées à 40 Franco-Syriens, la France a en effet coupé ses aides concomitamment à la fermeture de son ambassade en mars 2012 pour afficher son opposition au président Bachar al-Assad dont elle réclame le départ. De fait, ce sont les frais de scolarité des parents et maintenant les réserves financières de l'école qui font survivre l'établissement.

Depuis des mois, des obus de mortier tombent sur différents quartiers de la capitale. Le régime de Damas accuse les rebelles de les tirer.

Avec dépêche (AFP)

 

Première publication : 01/12/2013

  • SYRIE

    Genève-2 : "Les négociations vont porter sur une diminution des combats"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Dans le nord, des Kurdes de Syrie annoncent une administration autonome

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie, nouvelle terre de djihad pour les Palestiniens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)