Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Moyen-orient

Un obus tombe sur l'école française de Damas sans faire de blessés

© AFP | Une salle de classe de l'école française de Damas, le 9 mai 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2013

Un obus de mortier est tombé, dimanche matin, sur l'école française de Damas sans faire de victimes. 220 élèves suivent toujours des enseignements dans cet établissement.

Un obus est tombé, dimanche 1er novembre au matin, sur l'école française de Damas, en Syrie, alors que la classe avait commencé, causant des dégâts matériels mais pas de victimes, a affirmé à l'AFP un responsable de l'accueil, Bachir Oneiz. "Un obus est tombé vers 9h [heure locale] sur la cheminée d'une classe. Personne n'a été blessé mais des vitres ont été brisées et des murs fissurés", a indiqué ce responsable à l'AFP.

"L'obus est tombé sur la classe de 12e. Il y avait quinze enfants âgés de cinq ans. C'est un miracle, personne n'a été touché, ni élèves ni professeurs ni employés", a expliqué l'infirmière de l'école, Aline Farah. "À l'annonce de l'explosion, les parents sont venus chercher leurs enfants", a-t-elle ajouté.

220 élèves contre 900 au début du soulèvement

Reportage en mai 2013 à l'école française de Damas

L'école Charles de Gaulle de Damas est située à Mazzé, un quartier huppé dans l'ouest de la capitale. Elle compte 220 élèves, syriens pour la très grande majorité contre 900 avant le soulèvement contre le régime en mars 2011. À l'exception de bourses accordées à 40 Franco-Syriens, la France a en effet coupé ses aides concomitamment à la fermeture de son ambassade en mars 2012 pour afficher son opposition au président Bachar al-Assad dont elle réclame le départ. De fait, ce sont les frais de scolarité des parents et maintenant les réserves financières de l'école qui font survivre l'établissement.

Depuis des mois, des obus de mortier tombent sur différents quartiers de la capitale. Le régime de Damas accuse les rebelles de les tirer.

Avec dépêche (AFP)

 

Première publication : 01/12/2013

  • SYRIE

    Genève-2 : "Les négociations vont porter sur une diminution des combats"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Dans le nord, des Kurdes de Syrie annoncent une administration autonome

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie, nouvelle terre de djihad pour les Palestiniens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)