Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Economie

L’Allemagne teste un Shazam pour musique néo-nazi

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/12/2013

La police de Saxe, en Allemagne, a mis au point une application qui permet, sur le modèle de Shazam, d’identifier en quelques secondes si une musique diffusée est sur les listes des chansons interdites qui glorifient l’idéologie d’extrême droite.

La police allemande pourrait bientôt appeler les smartphones à la rescousse pour lutter contre l’extrême droite. Plus précisément contre la musique neo-nazi. Les forces de l’ordre du Land de Saxe ont, en effet, développé un logiciel décliné en application mobile capable de détecter en quelques secondes une chanson à la gloire de l’idéologie du IIIe Reich, a confirmé à FRANCE 24 l’Agence régionale de lutte contre la criminalité de Saxe.

Cette innovation, actuellement encore à l’état de prototype, fonctionne sur le principe de l’application d’identification de musique Shazam : il suffit de tenir son smartphone en l’air, lancer l’appli “Digital Audio Fingerprint” et attendre qu’elle vérifie si la chanson captée correspond à l’un des titres interdits de sa base de données. Si c’est le cas, les forces de l’ordre pourraient alors interrompre un concert, effacer la musique interdite d’un ordinateur et interroger ceux qui la diffusent. “L’idée est de libérer du temps pour les enquêteurs qui n’auront plus à lancer des vérifications minutieuses à chaque fois qu’ils tombent sur une musique litigieuse”, affirme-t-on à l’Agence régionale de lutte contre la criminalité de Saxe.

D’où l’intérêt d’avoir une liste aussi exhaustive que possible des chansons interdites. “Pour l’instant, il y a plusieurs dizaines de titres indexés [essentiellement du rock à message raciste, ndlr] qui correspondent à la musique que nous savons être porteuse de ce genre de message”, indique l’Agence.

Problèmes légaux

Une base de donnée appelée à grossir. “Nous espérons que les services de police des autres Länder vont nous fournir leur propre liste de musiques interdites et nous comptons également puiser dans les bases de données fédérales”, précise les forces de police de Saxe. Il existe, en effet, un organisme public dépendant du ministère de la Justice qui recueille et analyse les chansons et autres médias litigieux qui sont portés à son attention.

Certes cette application, développé par des ingénieurs informatiques de la police sur leur temps libre, a d’abord été pensé pour identifier rapidement le rock néo-nazi qualifié par les autorités allemandes de “drogue d’initiation aux milieux d’extrême droite”. Mais rien n’empêche d’élargir le champs d’application à tous les messages audio “qui incitent à la haine ou sont des appels à la violence”, ajoute l’Agence qui cite notamment des chansons d’extrême gauche ou les appels à des actions terroristes issus, notamment, des milieux islamistes radicaux.

Reste que le “Digital Audio Fingerprint” attend encore le feu vert des autorités régionales. La question est à l’ordre du jour de la réunion des ministres du Land de Saxe qui se tient cette semaine. Vont-ils faire de cette application la nouvelle arme des enquêteurs dans la lutte contre l’extrême droite ? Les forces de l’ordre reconnaissent qu’il existe encore des obstacles légaux à son utilisation. En pleine polémique autour de l’espionnage massif à la sauce NSA, l’utilisation de cette technologie dans des salles de concert pourrait, d’après l’hebdomadaire "Der Spiegel", avoir des relents de “surveillance accoustique”, une sorte de mise sur écoute sans autorisations judiciaires des conversations dans une pièce qui est interdite dans le droit allemand.

Première publication : 03/12/2013

  • ESPIONNAGE - NSA

    Londres accusé d’espionner l’Allemagne depuis le toit de son ambassade à Berlin

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Angela Merkel sur écoute depuis 2002, selon la presse allemande

    En savoir plus

  • DÉFENSE

    Le caillou, prochaine arme d'espionnage des États-Unis ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)