Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Classement Pisa : l'Éducation nationale championne des inégalités

© AFP

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

L'étude Pisa 2012 de l'OCDE publiée mardi - qui évalue sur trois ans les compétences des élèves de 15 ans - révèle d'importantes failles du système éducatif français. Politiques de droite et de gauche se rejettent mutuellement la responsabilité.

Les mauvais résultats de la France au classement Pisa 2012 (Programme for International Student Assessment) de l'OCDE ne sont pas une surprise. "Vous allez voir en décembre, on va avoir les nouvelles études Pisa. La France décroche totalement dans les performances de ses élèves. Sur dix ans, ça devient dramatique", s'était avancé le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, le 10 octobre dernier, sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus.

Le ministre avait vu juste. Dans la nouvelle édition, parue mardi 3 décembre, le classement qui évalue les compétences des jeunes de 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences, la France a été rétrogradée à la 25e place des 65 pays ou économies participants.

Vincent Peillon :"Nous avons accepté trop d'injustice"

De plus en plus d'inégalités

Dans le précédent Pisa 2009, auquel 75 pays et économies avaient participé, la France occupait alors la 22e place dans le classement global, à quelques encablures de l'Allemagne, qui la devance désormais à la 16e place.

La "performance" des élèves français en mathématiques a notamment diminué de 16 points entre 2003 (511) et 2012 (495), ce qui en neuf ans fait passer la France des pays dont la performance est supérieure à la moyenne de l'OCDE aux pays dont la performance est dans la moyenne de l'OCDE.

Plus alarmant, le système éducatif français favoriserait le fossé entre "très bons" et "très mauvais" élèves."En France, le système d'éducation est plus inégalitaire qu'il ne l'était neuf ans auparavant. En d'autres termes, lorsqu'on appartient à un milieu défavorisé, on a aujourd'hui moins de chance de réussir en France qu'en 2003", révèle l'étude. En outre, d’après l’OCDE, les élèves issus de l'immigration sont au moins deux fois plus susceptibles d'être en échec scolaire en France.

À gauche comme à droite, on se renvoie la responsabilité deces piètres résultats. Pour Laurent Wauquier, ex-ministre UMP de l’Enseignement supérieur, il y a deux raisons au déclassement de la France. "D’abord, on cherche à traiter tous les enfants exactement de la même manière. […] Le collège unique aboutit de fait à du massacre et pour ceux qu’on a besoin de stimuler et pour ceux qu’on a besoin d’accompagner". Ensuite, "le décrochage a lieu aujourd’hui en France surtout au niveau du primaire", a-t-il expliqué mardi sur BFMTV et RMC.

"La facture éducative de 10 années de droite"

L'ancien ministre UMP de l'Éducation Luc Chatel a lui aussi la dent dure contre le gouvernement Ayrault."Quand on sélectionne les professeurs à un niveau d'exigence plus élevé, on a de meilleurs résultats. Le gouvernement est en train de faire le contraire: au dernier concours, pour recruter les 60 000 postes supplémentaires, on a baissé la barre, on a recruté des étudiants à 8/20", a-t-il déclaré sur France 2.

"Les critiques formulées ce mardi par Luc Chatel contre l'actuel gouvernement sont parfaitement intolérables et déplacées au regard de son bilan [...]", réplique-t-on au Parti socialiste. "La France vient de recevoir la facture éducative de 10 années de droite au pouvoir. Les résultats de notre système éducatif, évalués par le test Pisa entre 2009 et mai 2012, montrent à quel point la précédente majorité a délaissé l'éducation", affirme le PS dans un communiqué.

Vincent Peillon, qui a qualifié les résultats de "préoccupants" et "inacceptables", a toutefois voulu garder son optimisme. "Le moment est venu de nous rassembler autour [...] de nos enseignants", "notre école a des atouts importants" et des résultats qui "restent positifs", a-t-il jugé, demandant que "l'on ne tombe pas dans la déploration".

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 03/12/2013

  • FRANCE

    L'UMP s'élève contre la réforme du rythme scolaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un rapport de la Cour des comptes épingle l'Éducation nationale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Baccalauréat 2013 : un taux de réussite en hausse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)