Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

FRANCE

Classement Pisa : l'Éducation nationale championne des inégalités

© AFP

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

L'étude Pisa 2012 de l'OCDE publiée mardi - qui évalue sur trois ans les compétences des élèves de 15 ans - révèle d'importantes failles du système éducatif français. Politiques de droite et de gauche se rejettent mutuellement la responsabilité.

Les mauvais résultats de la France au classement Pisa 2012 (Programme for International Student Assessment) de l'OCDE ne sont pas une surprise. "Vous allez voir en décembre, on va avoir les nouvelles études Pisa. La France décroche totalement dans les performances de ses élèves. Sur dix ans, ça devient dramatique", s'était avancé le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, le 10 octobre dernier, sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus.

Le ministre avait vu juste. Dans la nouvelle édition, parue mardi 3 décembre, le classement qui évalue les compétences des jeunes de 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences, la France a été rétrogradée à la 25e place des 65 pays ou économies participants.

Vincent Peillon :"Nous avons accepté trop d'injustice"

De plus en plus d'inégalités

Dans le précédent Pisa 2009, auquel 75 pays et économies avaient participé, la France occupait alors la 22e place dans le classement global, à quelques encablures de l'Allemagne, qui la devance désormais à la 16e place.

La "performance" des élèves français en mathématiques a notamment diminué de 16 points entre 2003 (511) et 2012 (495), ce qui en neuf ans fait passer la France des pays dont la performance est supérieure à la moyenne de l'OCDE aux pays dont la performance est dans la moyenne de l'OCDE.

Plus alarmant, le système éducatif français favoriserait le fossé entre "très bons" et "très mauvais" élèves."En France, le système d'éducation est plus inégalitaire qu'il ne l'était neuf ans auparavant. En d'autres termes, lorsqu'on appartient à un milieu défavorisé, on a aujourd'hui moins de chance de réussir en France qu'en 2003", révèle l'étude. En outre, d’après l’OCDE, les élèves issus de l'immigration sont au moins deux fois plus susceptibles d'être en échec scolaire en France.

À gauche comme à droite, on se renvoie la responsabilité deces piètres résultats. Pour Laurent Wauquier, ex-ministre UMP de l’Enseignement supérieur, il y a deux raisons au déclassement de la France. "D’abord, on cherche à traiter tous les enfants exactement de la même manière. […] Le collège unique aboutit de fait à du massacre et pour ceux qu’on a besoin de stimuler et pour ceux qu’on a besoin d’accompagner". Ensuite, "le décrochage a lieu aujourd’hui en France surtout au niveau du primaire", a-t-il expliqué mardi sur BFMTV et RMC.

"La facture éducative de 10 années de droite"

L'ancien ministre UMP de l'Éducation Luc Chatel a lui aussi la dent dure contre le gouvernement Ayrault."Quand on sélectionne les professeurs à un niveau d'exigence plus élevé, on a de meilleurs résultats. Le gouvernement est en train de faire le contraire: au dernier concours, pour recruter les 60 000 postes supplémentaires, on a baissé la barre, on a recruté des étudiants à 8/20", a-t-il déclaré sur France 2.

"Les critiques formulées ce mardi par Luc Chatel contre l'actuel gouvernement sont parfaitement intolérables et déplacées au regard de son bilan [...]", réplique-t-on au Parti socialiste. "La France vient de recevoir la facture éducative de 10 années de droite au pouvoir. Les résultats de notre système éducatif, évalués par le test Pisa entre 2009 et mai 2012, montrent à quel point la précédente majorité a délaissé l'éducation", affirme le PS dans un communiqué.

Vincent Peillon, qui a qualifié les résultats de "préoccupants" et "inacceptables", a toutefois voulu garder son optimisme. "Le moment est venu de nous rassembler autour [...] de nos enseignants", "notre école a des atouts importants" et des résultats qui "restent positifs", a-t-il jugé, demandant que "l'on ne tombe pas dans la déploration".

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 03/12/2013

  • FRANCE

    L'UMP s'élève contre la réforme du rythme scolaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un rapport de la Cour des comptes épingle l'Éducation nationale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Baccalauréat 2013 : un taux de réussite en hausse

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)