Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

FRANCE

Classement Pisa : l'Éducation nationale championne des inégalités

© AFP

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

L'étude Pisa 2012 de l'OCDE publiée mardi - qui évalue sur trois ans les compétences des élèves de 15 ans - révèle d'importantes failles du système éducatif français. Politiques de droite et de gauche se rejettent mutuellement la responsabilité.

Les mauvais résultats de la France au classement Pisa 2012 (Programme for International Student Assessment) de l'OCDE ne sont pas une surprise. "Vous allez voir en décembre, on va avoir les nouvelles études Pisa. La France décroche totalement dans les performances de ses élèves. Sur dix ans, ça devient dramatique", s'était avancé le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, le 10 octobre dernier, sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus.

Le ministre avait vu juste. Dans la nouvelle édition, parue mardi 3 décembre, le classement qui évalue les compétences des jeunes de 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences, la France a été rétrogradée à la 25e place des 65 pays ou économies participants.

Vincent Peillon :"Nous avons accepté trop d'injustice"

De plus en plus d'inégalités

Dans le précédent Pisa 2009, auquel 75 pays et économies avaient participé, la France occupait alors la 22e place dans le classement global, à quelques encablures de l'Allemagne, qui la devance désormais à la 16e place.

La "performance" des élèves français en mathématiques a notamment diminué de 16 points entre 2003 (511) et 2012 (495), ce qui en neuf ans fait passer la France des pays dont la performance est supérieure à la moyenne de l'OCDE aux pays dont la performance est dans la moyenne de l'OCDE.

Plus alarmant, le système éducatif français favoriserait le fossé entre "très bons" et "très mauvais" élèves."En France, le système d'éducation est plus inégalitaire qu'il ne l'était neuf ans auparavant. En d'autres termes, lorsqu'on appartient à un milieu défavorisé, on a aujourd'hui moins de chance de réussir en France qu'en 2003", révèle l'étude. En outre, d’après l’OCDE, les élèves issus de l'immigration sont au moins deux fois plus susceptibles d'être en échec scolaire en France.

À gauche comme à droite, on se renvoie la responsabilité deces piètres résultats. Pour Laurent Wauquier, ex-ministre UMP de l’Enseignement supérieur, il y a deux raisons au déclassement de la France. "D’abord, on cherche à traiter tous les enfants exactement de la même manière. […] Le collège unique aboutit de fait à du massacre et pour ceux qu’on a besoin de stimuler et pour ceux qu’on a besoin d’accompagner". Ensuite, "le décrochage a lieu aujourd’hui en France surtout au niveau du primaire", a-t-il expliqué mardi sur BFMTV et RMC.

"La facture éducative de 10 années de droite"

L'ancien ministre UMP de l'Éducation Luc Chatel a lui aussi la dent dure contre le gouvernement Ayrault."Quand on sélectionne les professeurs à un niveau d'exigence plus élevé, on a de meilleurs résultats. Le gouvernement est en train de faire le contraire: au dernier concours, pour recruter les 60 000 postes supplémentaires, on a baissé la barre, on a recruté des étudiants à 8/20", a-t-il déclaré sur France 2.

"Les critiques formulées ce mardi par Luc Chatel contre l'actuel gouvernement sont parfaitement intolérables et déplacées au regard de son bilan [...]", réplique-t-on au Parti socialiste. "La France vient de recevoir la facture éducative de 10 années de droite au pouvoir. Les résultats de notre système éducatif, évalués par le test Pisa entre 2009 et mai 2012, montrent à quel point la précédente majorité a délaissé l'éducation", affirme le PS dans un communiqué.

Vincent Peillon, qui a qualifié les résultats de "préoccupants" et "inacceptables", a toutefois voulu garder son optimisme. "Le moment est venu de nous rassembler autour [...] de nos enseignants", "notre école a des atouts importants" et des résultats qui "restent positifs", a-t-il jugé, demandant que "l'on ne tombe pas dans la déploration".

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 03/12/2013

  • FRANCE

    L'UMP s'élève contre la réforme du rythme scolaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un rapport de la Cour des comptes épingle l'Éducation nationale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Baccalauréat 2013 : un taux de réussite en hausse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)