Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Amériques

Longtemps menacé d'expulsion, l'oncle kényan d'Obama autorisé à rester aux États-Unis

© AFP | Onyango Obama lors de son arrestation en 2011

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

Après avoir vécu des décennies sans visa aux États-Unis, Onyango Obama, l'oncle kényan du président américain, s'est vu délivrer la carte verte l'autorisant à rester sur le territoire américain.

 Un juge de l’immigration a accordé, mardi 3 décembre, le titre de résident des États-Unis à Onyango Obama, l’oncle kényan du président qui, depuis des décennies, était toujours parvenu à éviter son expulsion du territoire américain.

Le magistrat dit avoir pris cette décision sur la base de la loi fédérale accordant la fameuse carte verte aux étrangers arrivés aux États-Unis avant 1972 et présentant une "bonne moralité".

"Il m’a semblé être un gentleman et c’est sur cette base que je réponds favorablement à sa demande, a indiqué le juge Leonard Shapiro à la cour de Boston, où le demi-frère du défunt père de Barack Obama était auditionné.

"Un bon voisin et un bon ami"

Malgré sa situation irrégulière et une arrestation pour conduite en état d’ivresse en 2011, Onyango Obama, 69 ans, a suffisamment prouvé, selon le juge, qu’il était une "bonne personne". L’oncle du chef de l’État a en effet toujours payé ses impôts, s’est engagé dans le volontariat et il est considéré par ses proches comme "un bon voisin et un bon ami".

Onyango Obama était arrivé en 1963 aux États-Unis, où il souhaitait intégrer une école prestigieuse près de Boston. Après la péremption de son visa en 1970, le jeune homme s’était vu refuser le renouvellement de sa carte verte, en partie pour avoir menti aux services d’immigration sur sa situation professionnelle. Malgré les ordres d’expulsion dont il a fait l’objet, Onyango Obama est toujours resté aux États-Unis.

Sa situation irrégulière avait été mise à jour après son arrestation en août 2011 pour conduite en état d’ivresse à Framingham (Massachusetts), où il travaillait depuis plus de 11 ans comme employé d’une supérette. Lors de son interpellation, Onyango Obama avait alors dit à la police : "Je crois que je vais devoir appeler la Maison Blanche".

"Plus américain que kényan"

Bien qu’il affirme n’avoir aucune relation privilégiée avec le président américain, Onyango Obama est accusé d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur de la part de l’administration, qui lui a accordé un permis de travail durant la procédure judiciaire dont il faisait l’objet. Leonard Shapiro est le même juge qui accorda en 2010 l’asile à sa sœur Zeituni Onyango. À l’époque, cette dernière avait fait valoir qu’elle se sentait en insécurité au Kenya.

Durant son audition, Onyangoi Obama a indiqué qu’il se sentait plus américain que kényan. "Je n’ai plus d’amis là-bas, Je suis arrivé ici quand j’avais 17 ans, j’en ai bientôt 70. Il me serait psychologiquement éprouvant de retourner là-bas. Lorsqu’on est jeune, on peut s’adapter, mais à mon âge, c’est difficile. Il faudrait que je reparte de zéro."

Avec Reuters

 

Première publication : 04/12/2013

  • ÉTATS-UNIS

    "Nous avons raté le lancement d'Obamacare" admet le président

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    Réforme de la santé : Obama présente ses excuses pour les couacs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)