Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

Amériques

Longtemps menacé d'expulsion, l'oncle kényan d'Obama autorisé à rester aux États-Unis

© AFP | Onyango Obama lors de son arrestation en 2011

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

Après avoir vécu des décennies sans visa aux États-Unis, Onyango Obama, l'oncle kényan du président américain, s'est vu délivrer la carte verte l'autorisant à rester sur le territoire américain.

 Un juge de l’immigration a accordé, mardi 3 décembre, le titre de résident des États-Unis à Onyango Obama, l’oncle kényan du président qui, depuis des décennies, était toujours parvenu à éviter son expulsion du territoire américain.

Le magistrat dit avoir pris cette décision sur la base de la loi fédérale accordant la fameuse carte verte aux étrangers arrivés aux États-Unis avant 1972 et présentant une "bonne moralité".

"Il m’a semblé être un gentleman et c’est sur cette base que je réponds favorablement à sa demande, a indiqué le juge Leonard Shapiro à la cour de Boston, où le demi-frère du défunt père de Barack Obama était auditionné.

"Un bon voisin et un bon ami"

Malgré sa situation irrégulière et une arrestation pour conduite en état d’ivresse en 2011, Onyango Obama, 69 ans, a suffisamment prouvé, selon le juge, qu’il était une "bonne personne". L’oncle du chef de l’État a en effet toujours payé ses impôts, s’est engagé dans le volontariat et il est considéré par ses proches comme "un bon voisin et un bon ami".

Onyango Obama était arrivé en 1963 aux États-Unis, où il souhaitait intégrer une école prestigieuse près de Boston. Après la péremption de son visa en 1970, le jeune homme s’était vu refuser le renouvellement de sa carte verte, en partie pour avoir menti aux services d’immigration sur sa situation professionnelle. Malgré les ordres d’expulsion dont il a fait l’objet, Onyango Obama est toujours resté aux États-Unis.

Sa situation irrégulière avait été mise à jour après son arrestation en août 2011 pour conduite en état d’ivresse à Framingham (Massachusetts), où il travaillait depuis plus de 11 ans comme employé d’une supérette. Lors de son interpellation, Onyango Obama avait alors dit à la police : "Je crois que je vais devoir appeler la Maison Blanche".

"Plus américain que kényan"

Bien qu’il affirme n’avoir aucune relation privilégiée avec le président américain, Onyango Obama est accusé d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur de la part de l’administration, qui lui a accordé un permis de travail durant la procédure judiciaire dont il faisait l’objet. Leonard Shapiro est le même juge qui accorda en 2010 l’asile à sa sœur Zeituni Onyango. À l’époque, cette dernière avait fait valoir qu’elle se sentait en insécurité au Kenya.

Durant son audition, Onyangoi Obama a indiqué qu’il se sentait plus américain que kényan. "Je n’ai plus d’amis là-bas, Je suis arrivé ici quand j’avais 17 ans, j’en ai bientôt 70. Il me serait psychologiquement éprouvant de retourner là-bas. Lorsqu’on est jeune, on peut s’adapter, mais à mon âge, c’est difficile. Il faudrait que je reparte de zéro."

Avec Reuters

 

Première publication : 04/12/2013

  • ÉTATS-UNIS

    "Nous avons raté le lancement d'Obamacare" admet le président

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    Réforme de la santé : Obama présente ses excuses pour les couacs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)