Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Amériques

Longtemps menacé d'expulsion, l'oncle kényan d'Obama autorisé à rester aux États-Unis

© AFP | Onyango Obama lors de son arrestation en 2011

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

Après avoir vécu des décennies sans visa aux États-Unis, Onyango Obama, l'oncle kényan du président américain, s'est vu délivrer la carte verte l'autorisant à rester sur le territoire américain.

 Un juge de l’immigration a accordé, mardi 3 décembre, le titre de résident des États-Unis à Onyango Obama, l’oncle kényan du président qui, depuis des décennies, était toujours parvenu à éviter son expulsion du territoire américain.

Le magistrat dit avoir pris cette décision sur la base de la loi fédérale accordant la fameuse carte verte aux étrangers arrivés aux États-Unis avant 1972 et présentant une "bonne moralité".

"Il m’a semblé être un gentleman et c’est sur cette base que je réponds favorablement à sa demande, a indiqué le juge Leonard Shapiro à la cour de Boston, où le demi-frère du défunt père de Barack Obama était auditionné.

"Un bon voisin et un bon ami"

Malgré sa situation irrégulière et une arrestation pour conduite en état d’ivresse en 2011, Onyango Obama, 69 ans, a suffisamment prouvé, selon le juge, qu’il était une "bonne personne". L’oncle du chef de l’État a en effet toujours payé ses impôts, s’est engagé dans le volontariat et il est considéré par ses proches comme "un bon voisin et un bon ami".

Onyango Obama était arrivé en 1963 aux États-Unis, où il souhaitait intégrer une école prestigieuse près de Boston. Après la péremption de son visa en 1970, le jeune homme s’était vu refuser le renouvellement de sa carte verte, en partie pour avoir menti aux services d’immigration sur sa situation professionnelle. Malgré les ordres d’expulsion dont il a fait l’objet, Onyango Obama est toujours resté aux États-Unis.

Sa situation irrégulière avait été mise à jour après son arrestation en août 2011 pour conduite en état d’ivresse à Framingham (Massachusetts), où il travaillait depuis plus de 11 ans comme employé d’une supérette. Lors de son interpellation, Onyango Obama avait alors dit à la police : "Je crois que je vais devoir appeler la Maison Blanche".

"Plus américain que kényan"

Bien qu’il affirme n’avoir aucune relation privilégiée avec le président américain, Onyango Obama est accusé d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur de la part de l’administration, qui lui a accordé un permis de travail durant la procédure judiciaire dont il faisait l’objet. Leonard Shapiro est le même juge qui accorda en 2010 l’asile à sa sœur Zeituni Onyango. À l’époque, cette dernière avait fait valoir qu’elle se sentait en insécurité au Kenya.

Durant son audition, Onyangoi Obama a indiqué qu’il se sentait plus américain que kényan. "Je n’ai plus d’amis là-bas, Je suis arrivé ici quand j’avais 17 ans, j’en ai bientôt 70. Il me serait psychologiquement éprouvant de retourner là-bas. Lorsqu’on est jeune, on peut s’adapter, mais à mon âge, c’est difficile. Il faudrait que je reparte de zéro."

Avec Reuters

 

Première publication : 04/12/2013

  • ÉTATS-UNIS

    "Nous avons raté le lancement d'Obamacare" admet le président

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    Réforme de la santé : Obama présente ses excuses pour les couacs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)