Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Amériques

La ville de Detroit autorisée à se placer en faillite

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

Devant l'ampleur des dettes accumulées par Detroit, la justice américaine a autorisé mardi la ville à se placer en faillite. Les syndicats d'employés municipaux,craignant pour leur retraites, ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

Avec la dette la plus importante des États-Unis, la ville de Detroit a obtenu mardi 3 décembre l’autorisation de se placer en faillite. Après des semaines de délibérations, le juge Steven Rhodes a ainsi donné l’occasion à la ville américaine de renégocier sa dette à l'abri de ses créanciers. Detroit accumule 18 milliards de dollars de créances et connaît une chute de ses recettes fiscales,

"Pour enrayer ce déclin, attirer de nouveaux habitants, se revitaliser et se renforcer, Detroit a besoin d'aide", a encore déclaré le magistrat, admettant que les retraites dues par la ville à ses anciens employés pourraient in fine être abaissées.

D’après le droit fédéral, Detroit était en droit de se placer sous la protection du "Chapitre 9", le régime des faillites réservé aux municipalités, qui permet notamment de suspendre le remboursement de sa dette et de la restructurer.

Fait inhabituel, le juge a pris soin d'expliquer sa décision avant même d'en révéler la teneur, assurant devant une salle d'audience bondée que la faillite de Detroit était "une solution courue d'avance" et qu'elle aurait dû avoir lieu il y a plusieurs années.

Retraites menacées?

Certains créanciers, notamment des fonds de retraite d’employés municipaux, ont déjà annoncé qu'ils feraient appel. Ces derniers redoutent qu’une telle procédure ne conduise à une coupe dans les retraites versées par la ville.

La mise en faillite, qui pourrait , par ailleurs, pousser l'institut des Arts de Detroit à fermer ses portes, risque également de compliquer la tâche des municipalités américaines, qui ont besoin d'emprunter auprès des marchés pour se financer.

Fleuron de l’industrie automobile, Detroit a été frappé de plein fouet par le déclin du secteur et a vu sa population se réduire de moitié en soixante ans sur fond de déliquescence des services publiques et de flambée de la criminalité.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 03/12/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Detroit : ce qui pourrait être vendu pour éponger la dette

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Infographie : Detroit, une ville à genoux

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Detroit devient la plus grande ville américaine à faire faillite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)