Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

Amériques

La ville de Detroit autorisée à se placer en faillite

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2013

Devant l'ampleur des dettes accumulées par Detroit, la justice américaine a autorisé mardi la ville à se placer en faillite. Les syndicats d'employés municipaux,craignant pour leur retraites, ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

Avec la dette la plus importante des États-Unis, la ville de Detroit a obtenu mardi 3 décembre l’autorisation de se placer en faillite. Après des semaines de délibérations, le juge Steven Rhodes a ainsi donné l’occasion à la ville américaine de renégocier sa dette à l'abri de ses créanciers. Detroit accumule 18 milliards de dollars de créances et connaît une chute de ses recettes fiscales,

"Pour enrayer ce déclin, attirer de nouveaux habitants, se revitaliser et se renforcer, Detroit a besoin d'aide", a encore déclaré le magistrat, admettant que les retraites dues par la ville à ses anciens employés pourraient in fine être abaissées.

D’après le droit fédéral, Detroit était en droit de se placer sous la protection du "Chapitre 9", le régime des faillites réservé aux municipalités, qui permet notamment de suspendre le remboursement de sa dette et de la restructurer.

Fait inhabituel, le juge a pris soin d'expliquer sa décision avant même d'en révéler la teneur, assurant devant une salle d'audience bondée que la faillite de Detroit était "une solution courue d'avance" et qu'elle aurait dû avoir lieu il y a plusieurs années.

Retraites menacées?

Certains créanciers, notamment des fonds de retraite d’employés municipaux, ont déjà annoncé qu'ils feraient appel. Ces derniers redoutent qu’une telle procédure ne conduise à une coupe dans les retraites versées par la ville.

La mise en faillite, qui pourrait , par ailleurs, pousser l'institut des Arts de Detroit à fermer ses portes, risque également de compliquer la tâche des municipalités américaines, qui ont besoin d'emprunter auprès des marchés pour se financer.

Fleuron de l’industrie automobile, Detroit a été frappé de plein fouet par le déclin du secteur et a vu sa population se réduire de moitié en soixante ans sur fond de déliquescence des services publiques et de flambée de la criminalité.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 03/12/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Detroit : ce qui pourrait être vendu pour éponger la dette

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Infographie : Detroit, une ville à genoux

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Detroit devient la plus grande ville américaine à faire faillite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)