Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : A Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Homeland, Irak année zéro" : retour à Bagdad

En savoir plus

FOCUS

Irlande : la renaissance du "Tigre celtique"

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Remaniement : à la recherche de l’équilibre politique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Ahani : "Nous sommes optimistes pour une ouverture, tout en respectant nos principes islamiques"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

La culture à l’épreuve de l’hyper-modernité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Présidentielle américaine : la percée des outsiders

En savoir plus

EUROPE

Affaire Snowden : le "Guardian" nie avoir mis en danger le Royaume-Uni

© Capture d'écran / The Guardian | Alan Rusbridger, rédacteur en chef du "Guardian"

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 04/12/2013

Auditionné par une commission parlementaire, le rédacteur en chef du quotidien britannique a nié avoir mis en danger son pays en publiant des documents secrets sur les programmes d’espionnage de la NSA fournis par Edward Snowden.

“Cette affaire peut être politiquement embarrassante, mais il n'y a rien ici qui représente un risque pour la sécurité nationale.” Accusé d’avoir mis en danger son pays en publiant des fuites sur les programmes d’espionnage de Washington et de Londres, Alan Rusbridger, le rédacteur en chef du quotidien britannique “The Guardian”, s’est dit dans son bon droit, lors d’une audition d’une heure devant une Commission de députés britanniques, mardi 3 décembre.

Enregistrement de l'intégralité de l'audition d'Alan Rusbridger (en anglais)

Mais selon les autorités britanniques, le "Guardian" a commis un crime en outrepassant l'un des fondamentaux de la loi antiterroriste du pays (paragraphe 58A) qui interdit notamment de divulguer toute donnée relative à l'identité de ses espions ou des membres des forces armées. Le journal, de son côté, affirme avoir dissimulé ces informations afin de ne pas risquer la sécurité des agents britanniques.

SOUTIENS DE CHOIX

Avant même d’être auditionné, Alan Rusbridger a reçu le soutien de l’Américain Carl Bernstein, l’un des journalistes à l’origine du scandale du Watergate, par le biais d’une lettre rendue publique. Il y dénonce notamment “une tentative des plus hautes autorités britanniques de déplacer le problème.”

Peu après, le “New York Times”, l'agence de presse AP, le “Washington Post” et quelque 10 autres médias ont signé une autre lettre ouverte, relayée mardi soir sur le compte twitter d’Alan Rusbridger, dans laquelle ils apportent, également, leur soutien au “Guardian” et militent pour la liberté de la presse.

Dénonçant des accusations “vagues”, il affirme que son journal a été victime de pressions depuis le début de cette affaire qui a éclaté en juin 2013 lorsque l’ex-consultant de l'Agence nationale de renseignement américaine (NSA), Edward Snowden, a fourni à plusieurs médias des milliers de documents compromettants révélant l’ampleur des programmes de surveillance américain et britannique. “'The Guardian' ne se laissera pas intimider, mais ne se comportera pas non plus de manière imprudente”, a-t-il affirmé durant l’audition qui était retransmise à la télévision.

“Aimez-vous ce pays ?”

Le patron du journal a également indiqué que ses équipes avaient, à maintes reprises avant la publication des articles incriminés, eu des échanges avec les gouvernements et leurs agences de renseignement, parmi lesquelles le FBI, la Maison Blanche ou encore le cabinet du Premier ministre britannique David Cameron. À l’époque, aucun d’entre eux n’a brandi, pour autant, l’argument de la menace pour la sécurité nationale.

La Commission s’est également fendue d’une question plus surprenante : “Aimez-vous ce pays ?”, a-t-elle demandé à Alan Rusbridger. Lequel ne s’est pas laissé destabiliser : “Nous sommes patriotes, et l'une des choses qui font que l'on est patriote est la démocratie et la liberté de notre presse”, a-t-il répondu en martelant que les informations contenues dans les fuites de la NSA sont d’intérêt public.

D’autres documents “chocs” à venir

Et pour prouver que ces publications étaient encadrées et réfléchies, le chef du “Guardian” a précisé qu’environ 1 %, seulement, des 58 000 documents secrets remis par Edward Snowden avaient été dévoilés au grand public, le reste étant en lieux “sûrs”. Le journaliste a même accepté de révéler par écrit à la commission - mais pas au grand public - où se trouvaient les documents restants.

Mais si Alan Rusbridger affiche sa volonté de coopérer, d’autres journalistes montrent moins de retenue. C’est le cas du britannique Glenn Greenwald, l'un des principaux auteurs des articles de l’affaire Snowden. Dans une interview accordée à “Télérama”, mercredi, cette ex-plume du “Guardian”, devenu depuis peu journaliste indépendant, déclare détenir des documents secrets “choquants”, qu’il “publiera jusqu’au dernier”.

Première publication : 04/12/2013

  • ESPIONNAGE

    Le renseignement britannique "pire que les Américains", selon Snowden

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE - NSA

    Londres accusé d’espionner l’Allemagne depuis le toit de son ambassade à Berlin

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La NSA accusée d’espionner les pratiques pornographiques de prédicateurs musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)