Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-orient

Le Hezbollah libanais annonce l'assassinat d'un de ses commandants

© AFP | L'ancien chef militaire du Hezbollah, Hassan Hawlo al-Lakiss

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/12/2013

Le Hezbollah libanais a annoncé que l’un de ses chefs militaires, Hassan Hawlo al-Lakiss, a été assassiné dans la nuit de mardi à mercredi près de Beyrouth. Le parti chiite accuse Israël, tandis qu'un groupe sunnite a revendiqué l'assassinat.

Le Hezbollah libanais a annoncé, mercredi 4 décembre, l'assassinat de l'un de ses chefs militaires près de Beyrouth, vers minuit heure locale dans la nuit de mardi à mercredi. "La Résistance islamique annonce la mort de l'un de ses leaders, le martyr Hassan Hawlo al-Lakiss, qui a été assassiné près de sa maison dans la région de Hadath", à l'est de Beyrouth, peut-on lire dans un communiqué repris par sa chaîne de télévision Al Manar.

Peu après cette annonce, un groupe vraisemblablement sunnite, jusqu'ici inconnu, nommé Brigade Ahrar al Sunna Baalbek, a revendiqué cet assassinat, sur Twitter.

L’homme sera inhumé dans la journée à Baalbek, dans la plaine de la Békaa. Hassan al-Lakiss, qui avait rejoint le mouvement à ses débuts en 1982, était "l'un des chefs de la résistance islamique" et avait déjà échappé à des tentatives d'assassinat israéliennes, a déclaré l'organisation. Son fils a par ailleurs été tué en 2006 dans les combats avec l'armée israélienne, précisent les auteurs du communiqué.

"Rien à voir avec Israël"

"L'accusation directe est dirigée naturellement contre l'ennemi israélien qui a tenté d'éliminer notre frère martyr à plusieurs reprises et dans plusieurs endroits, mais ses tentatives avaient échoué jusqu'à celle d'hier soir. [...] Cet ennemi doit assumer l'entière responsabilité et toutes les conséquences de ce crime ignoble", poursuit le communiqué.

Une accusation rapidement démentie par l’État hébreu. "Cela n'a strictement rien à voir avec Israël", a affirmé Yigal Palmor, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, avant d'ajouter :  "Le Hezbollah s'est déjà fourvoyé par le passé avec de telles accusations automatiques et sans fondement contre Israël [...] S'ils cherchent des explications à ce qui leur arrive, qu'ils réfléchissent à leurs propres actes."

Le Hezbollah, qu'un conflit armé a opposé à Israël en 2006, est directement impliqué dans la guerre civile syrienne, aux côtés des forces de Bachar al-Assad.

Avec AFP

Première publication : 04/12/2013

  • ISRAËL

    Nouveau raid israélien en Syrie, selon un officiel américain

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Le Captagon, l'amphétamine qui finance le conflit syrien

    En savoir plus

  • SYRIE - LIBAN

    Syrie : le Hezbollah se prépare à livrer bataille pour la reconquête de Qalamoun

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)