Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Rio : l'heure du bilan

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En une seconde, tout s'est écroulé"

En savoir plus

Amériques

Deux détenus de Guantanamo rapatriés en Algérie contre leur gré

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2013

Deux détenus de la prison militaire américaine de Guantanamo, considérés comme "libérables", ont été transférés en Algérie malgré leur refus de retourner dans ce pays où ils n'ont pas de famille et où ils craignent d'être "persécutés".

Les États-Unis ont rapatrié en Algérie deux prisonniers, considérés comme "libérables", de la prison militaire américaine de Guantanamo (Cuba), a annoncé jeudi 5 décembre le Pentagone. Les détenus en question, Bensayah Belkecem et Djamel Saiid Ali Ameziane, craignent pourtant de subir des violences en rentrant dans ce pays où ils n'ont plus de famille et avaient demandé à être rapatriés ailleurs.

Arrêté en 2002 en Bosnie, Bensayah Belkecem réclamait son retour dans ce pays d’Europe de l’Est, où vivent sa femme et ses filles. "Si les États-Unis l'envoient en Algérie", où il n'a plus de proches et n'a pas vécu depuis plus de 20 ans, "ils le condamneront à la perte définitive de sa famille", avait indiqué son avocat, Robert Kirsch. Ce dernier est intervenu auprès des ministères américains de la Défense et des Affaires étrangères, ainsi que de l'ambassade d'Algérie à Washington, pour éviter ces rapatriements. En vain. L'Algérie est "le seul pays autorisé par la loi" américaine à recevoir ses compatriotes détenus à Guantanamo, lui a-t-on fait savoir.

Même problème du côté de Djamel Ameziane. Déclaré apte à être libéré par l’administration Bush en 2007, il avait pour sa part demandé à rentrer au Canada, où il a déjà vécu, par "crainte de persécutions en Algérie", selon son avocat.

"Assurance d'un traitement humain des ex-prisonniers"

En réponse à ces demandes, le Pentagone a précisé que "les États-Unis se sont coordonnés avec le gouvernement algérien pour veiller à ce que les transfèrements aient lieu avec les assurances d'un traitement humain et d'une sécurité adéquate". Par ailleurs, le gouvernement américain prend "toutes les précautions pour mener chaque transfèrement en accord avec ses critères et sa politique de droits de l'Homme", a précisé un porte-parole.

Alors que la levée des restrictions sur les transfèrements de Guantanamo est actuellement en débat au Congrès américain, le président Barack Obama tente d'accélérer les rapatriements pour pouvoir un jour fermer la prison où environ 162 hommes sont toujours incarcérés.

Washington avait déjà procédé à deux rapatriements en Algérie, début août, dont celui de Nabil Hadjarab, qui avait demandé l’exil en France.

Avec AFP

Première publication : 05/12/2013

  • JUSTICE

    Les autorités de Guantanamo considèrent la grève de la faim terminée

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Guantanamo : deux Algériens rapatriés après leur libération

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Après Guantanamo, la Californie gave de force ses détenus en grève de la faim

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)