Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Le président malien IBK sur FRANCE 24 : "Il n’y aura pas d’autonomie du Nord-Mali"

© Pierre Réné-Worms/FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/12/2013

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a affirmé sur l’antenne de FRANCE 24 qu’il n’accèderait pas aux revendications indépendantistes des rebelles du MNLA au Nord-Mali. Le mouvement a récemment menacé de reprendre les armes.

Sur l’antenne de FRANCE 24, le chef d’État malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a employé, jeudi 5 décembre, un ton ferme sur la situation au Nord-Mali, où les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont menacé de reprendre les armes. "Il n’y aura pas d’autonomie, pas d’indépendance [du Nord-Mali], je suis clair là-dessus", a-t-il affirmé, encourageant le MNLA à "se calmer".

Interrogé sur les relations que les militaires français entretiennent avec le MNLA au Mali, IBK a estimé que Paris avait "trop forcé le trait", en voulant apaiser les tensions entre les rebelles et Bamako. Le président malien a d’ailleurs rappelé la souveraineté de son pays. "Il n’est pas question que l’on traite le Mali comme un pays sujet, ce n’est pas le cas".

"Nul ne saurait être au dessus de la loi au Mali"

Le président a, par ailleurs, réagi à la découverte d’un charnier de 21 corps dans la commune de Diago, près de Kati, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, faisant part de son émotion. "J’exprime ma sympathie envers les familles victimes de ces atrocités".

Ces cadavres, découverts dans la nuit du 3 au 4 décembre, sont sans doute des "bérets rouges", ces militaires proches du président déchu Amadou Toumani Touré. Une découverte qui pourrait accabler davantage le général Sanogo, auteur du coup d'État du 22 mars 2012 contre le président Touré, déjà sous le coup d’une procédure pour "tentative d'enlèvements".

"Nul ne saurait être au dessus de la loi au Mali", a affirmé IBK, en référence à l’éventuelle responsabilité du général Sanogo. Le président a néanmoins rappelé qu’il revenait à la justice malienne de faire la lumière sur ce drame, affirmant qu’il lui faisait pleinement confiance et qu’il n’y aurait "aucune entrave" au travail de celle-ci.

 

 

 

 

Première publication : 05/12/2013

  • MALI

    Mali : découverte d'un charnier à Kati une semaine après l'arrestation de Sanogo

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : un responsable du MNLA annonce la reprise des hostilités contre l’armée

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Mali : inculpé de meurtres, le général Sanogo est incarcéré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)