Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Economie

Yota, le premier smartphone russe qui compte faire de l’ombre à l’iPhone

© YotaPhone | Le YotaPhone est disponible en noir ou blanc

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 05/12/2013

Premier smartphone de conception russe, le YotaPhone offre un design unique au monde avec son double écran tactile au recto et sa liseuse au verso, lisible même lorsque l'appareil est en veille, tout en préservant la batterie.

Il ambitionne de révolutionner le marché du smartphone. L’entrepreneur russe Vlad Martynov a présenté, mercredi 4 décembre à Moscou, le YotaPhone, tout premier smartphone réversible, doté d’un double écran. Le but affiché : "repenser notre relation au smartphone", clame, depuis la scène d'un centre d'art contemporain moscovite, Vlad Martynov, simplement affublé d'un Jeans à la manière décontractée d'un certain Steve Jobs.
 

Vidéo : présentation du YotaPhone (en anglais)

D’un côté, une surface tactile classique. De l’autre, une liseuse à l’encre électronique. Tout l’intérêt de ce second écran non lumineux qui ne fatigue pas les yeux est qu’il reste allumé, même lorsque le téléphone est en veille, tout en consommant très peu de batterie.

Que ce soit pour consulter ses emails, son agenda, la météo ou pour écouter de la musique, les utilisateurs de smartphone réactivent leur appareil plus de 150 fois par jour en moyenne, selon les estimations des équipes de Vlad Martynov. Un geste particulièrement gourmand en énergie mais aussi en attention. Avec le YotaPhone, l’utilisateur peut désormais choisir de placer ce qu’il souhaite sur la face arrière de son téléphone : l’heure, un plan de quartier, les rendez-vous du jour ou même les flux d’information en provenance de Facebook et Twitter.

COMMENT LE YOTAPHONE A-T-IL ÉTÉ FINANCÉ ?

Peu de détails ont filtré sur le financement du YotaPhone. Société privée de télécommunications russe, Yota Devices, créatrice du smartphone éponyme, a vendu, entre 2009 et 2012, trois millions d’exemplaires de ses routeurs et modem 4G, soit 6 % de parts de marché à l’échelle mondiale. Autant de bénéfices auxquels s’ajoute la vente de son réseau 4G, il y a peu, au grand opérateur russe MegaFon.

En outre, Woodenfish, un fonds d’investissement russe qui détient la quasi totalement du capital, a également investi une somme probablement conséquente dans le projet YotaPhone mais le montant n’a pas été révélé. “C’est beaucoup moins que les grands du smartphone”, s’est contenté de commenter Vlad Martynov.

Pour le reste, le YotaPhone, qui tourne sous Android, rentre un peu plus dans la norme du marché en proposant un design soigné, un bon processeur, un appareil photo de 13 mégapixels et la 4G pour 499 euros. Pour l’instant, le produit semble plutôt bien accueilli par la poignée de spécialistes qui ont pu le tester, à l’instar de Sophie Curtis, journaliste high tech pour le quotidien britannique "The Telegraph". “Il va sûrement falloir du temps avant qu’un vaste choix d’applications spécialement conçues pour profiter du double écran soient développées”, explique-t-elle, ajoutant qu’un partenariat avec le Kindle d’Amazon serait, par exemple, le bienvenu. “Les concepteurs vont également devoir améliorer le contrôle de l’écran tactile mais en terme d’innovation, ce nouvel appareil récolte tous les suffrages”, estime la journaliste.

Pas de lancement en Asie, ni aux États-Unis

Après deux ans et demi de développement, le YotaPhone, conçu en Russie mais assemblé essentiellement en Chine, est d’ores et déjà disponible en boutique en Russie et en Allemagne, et en ligne dans trois autres pays européens, la France, l’Espagne et l’Autriche.

Dès le mois de janvier, cinq autres pays d'Europe (dont le Royaume-Uni) et du Proche-Orient l’auront à disposition. Puis au cours du premier trimestre, ce sera au tour de neuf autres pays, parmi lesquels la Suisse ou encore l'Égypte. En revanche, aucun lancement n’est, pour le moment, envisagé sur les marchés cruciaux que représentent l’Asie ou les États-Unis.

Malgré un important vivier d'ingénieurs et d'informaticiens très qualifiés, la Russie peine à percer en dehors des frontières de l’ex-URSS dans le domaine du Web. Le défi est donc de taille pour Yota, à l’heure où le dernier vétéran européen, Nokia, a été cédé, il y a à peine deux mois, à l’Américain Microsoft. Avec son smartphone au design unique (une trentaine de brevets ont été déposés), Vlad Martynov semble croire que l’originalité fera la différence.

Un argument un peu léger pour certains, qui jugent que les investissements trop flous et le faible arsenal publicitaire mis en œuvre en l’état par les créateurs du YotaPhone risquent peu ou prou de faire trembler les leaders du marché. “La capacité de Yota à percer parmi les mastodontes Apple, Samsung, LG, etc, reste à prouver. Nokia s’est vendu aux Américains précisément car il n’avait plus les moyens de rester dans la course au marketing à l’échelle globale”, écrit notamment le journal “Les Échos”. En somme, vouloir jouer dans la cour des grands a un prix que Yota n’est peut-être pas tout à fait en mesure de payer aujourd’hui.

Première publication : 05/12/2013

  • TECHNOLOGIES

    La Corée du Nord présente Arirang, son premier smartphone

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Les rêves de grandeur de Xiaomi, l'"Apple chinois"

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Ces smartphones alternatifs qui veulent ringardiser Apple et Samsung

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)