Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les pro-russes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Afrique

À Pretoria, les immigrés redoutent "l'après-Mandela"

© Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 06/12/2013

Attirés par la prospérité de l'Afrique du Sud, de nombreux étrangers y travaillent. Victimes de plusieurs agressions violentes ces dernières années, certains redoutent que les violences ne reprennent après la mort de Nelson Mandela.

On les appelle les terribles journées de mai. Au printemps 2008, une vague de violences xénophobes s'est abattue sur plusieurs quartiers de la ville de Johannesburg contre des travailleurs immigrés, attirés par la prospérité de l'Afrique du Sud.

Ebo, un coiffeur nigérian, est arrivé à Pretoria il y a six mois. Jerry, son client, vit dans la capitale sud-africaine depuis trois ans. © Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Plus de 60 personnes, venant principalement des pays voisins du Mozambique et du Zimbabwe et accusées de voler les emplois locaux et d'augmenter la criminalité dans le pays, ont été sauvagement tués à coups de machette et d'armes à feu.

Des scènes d'une violence inouïe, qui, cinq ans plus tard, au mois de mai de cette année, se sont tragiquement répétées dans certains bidonvilles de Johannesburg. De quoi inquiéter les populations immigrées, qui servent parfois de boucs-émissaires aux Sud-Africains les plus démunis.

À Sunnyside, un quartier de la classe moyenne de  Pretoria où seuls 30% de la population est sud-africaine, on redoute surtout que la mort de Nelson Mandela n'ouvre les portes à une nouvelle chasse aux immigrés. Jusqu'à présent, en effet, l'ancien président sud-africain avait toujours représenté une sorte de garde-fou, une sécurité morale qui empêchait le pays de basculer dans la violence.

"Plusieurs fois on m'a dit de rentrer dans mon pays"

"Ici, à part 'Madiba', je n'ai pas d'amis sud-africains", confie Jerry, un Nigérian de 30 ans, dans un salon de coiffure de Sunnyside. "À sa mort, les choses vont changer, c'est sûr. Je ne dis pas que des groupes armés viendront nous chasser ici, je dis simplement que beaucoup de Sud-Africains dans ce quartier ne nous aiment pas. Plusieurs fois on m'a dit de rentrer dans mon pays. Alors je reste sur mes gardes", explique-t-il.

Martial, un Camerounais de 30 ans, tient un petit magasin de vêtements et d'accessoires avec sa grande sœur et son petit frère. Il vit à Sunnyside depuis 2010. © Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Ebo, son coiffeur, un Nigérian lui aussi, redoute une poussée de xénophobie. Si celle-ci devait se produire, même loin de Pretoria, il songerait sans doute à retourner dans son pays d'origine. "Je travaille dans ce salon de coiffure depuis six mois et je ne vois que des étrangers ici. Les Sud-Africains ne viennent presque jamais se faire coiffer chez moi. Certains nous aiment bien, mais d'autres nous ignorent."

Sur le trottoir d'en face, dans la principale rue commerçante de Sunnyside, Martial, un jeune Camerounais de 30 ans, partage cette appréhension de "l'après-Mandela". Mais il tente de rester confiant. "Les Sud-Africains parlent parfois dans des dialectes que l'on ne comprend pas, ils le font exprès pour nous mettre mal à l'aise, mais c'est tout, explique-t-il. Je ne pense pas qu'à Pretoria des groupes passeront à l'acte."

"Nous faisons tourner l'économie ici"

Pour ce jeune vendeur comme pour Nana, le propriétaire d'un salon de coiffure situé à côté de la boutique de Martial, le racisme latent qui existe à Sunnyside ne se transformera pas en violence. "Quand je pense aux graves incidents de ces derniers temps, j'ai mon cœur qui se brise, précise Nana. Mais j'ai des amis sud-africains, ils ne veulent pas tous nous jeter dehors. Ils ont besoin de nous. Nous faisons tourner l'économie ici. Presque tous les magasins de ce quartier appartiennent à des étrangers."

Ali et son fils Fahim sont pakistanais et vivent depuis de nombreuses années à Pretoria. Ils sont persuadés que les choses vont changer "en pire" après la mort de Nelson Mandela. © Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Surtout, précise encore Martial, le contexte social de Sunnyside est différent de celui des townships où les violences xénophobes se sont déchaînées. "Nous ne sommes pas dans un village isolé ou dans un quartier pauvre ici. Si des Sud-Africains viennent nous attaquer, nous pourrons nous défendre, nous sommes nombreux", explique-t-il tout en habillant son mannequin de vitrine d'une nuisette bleue affriolante.

Même son de cloche chez Ali, son voisin pakistanais, qui tient une épicerie à Sunnyside depuis 30 ans. "Si les violences reprennent, elles cibleront des zones reculées et des quartiers déshérités où les étrangers sont en minorité. Dans les townships, il y a beaucoup de Zimbabwéens et de Mozambicains, c'est pour ça qu'ils s'en prennent à eux, ils sont plus faibles. Ici, les étrangers sont majoritaires," dit-il, tout en ajoutant que les choses changeront sans doute "en pire" après la mort de Nelson Mandela. À ses côtés, son fils Fahim acquiesce, avant d'ajouter. "Je ne partirai jamais d'ici. Même si on essaie de me déloger. Je n'ai pas la carte d'identité mais je suis Sud-Africain moi aussi, j'aime Mandela et je suis ici chez moi".
 

Première publication : 06/12/2013

  • REPORTAGE

    Soweto accueille Barack Obama, "un homme de paix comme Mandela"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD - REPORTAGE

    Quand l'hospitalisation de Mandela devient un petit fonds de commerce

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Le rugby sud-africain, un sport pas tout à fait arc-en-ciel

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)