Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : des milliers de personnes se réfugient près de l’aéroport de Bangui

© AFP | Des habitants de Bangui transportent un cercueil, le 6 décembre 2013

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/12/2013

Malgré le renforcement des patrouilles de soldats français à Bangui, des milliers d'habitants, par crainte d'exactions, se sont rassemblés vendredi aux abords de l’aéroport de la capitale centrafricaine, où sont basées les forces françaises.

Si aucune violence de grande ampleur n'a été signalée dans le centre ville de Bangui, vendredi 6 décembre, la situation était toujours très instable dans plusieurs quartiers de la capitale centrafricaine. La population vivait toujours dans la psychose de nouvelles tueries, après les massacres à grande échelle qui ont eu lieu dans la ville la veille.

Les rues de la capitale sont encore restées désertes toute la journée de vendredi et plusieurs personnes ont cherché refuge aux abords de l'aéroport, où l'armée française et la force africaine ont leurs bases, de crainte d'exactions dans leurs quartiers voisins de Boeing et Boy-Rabe.

Les précisions de notre envoyé spécial

Au moins 300 morts depuis jeudi

Jeudi, avant l'aube, de violents affrontements avaient éclaté dans le nord de la capitale avant de s’étendre à d’autres quartiers. Le bilan des affrontements au cours de ces deux derniers jours est d’au moins 300 morts, selon un responsable de la Croix-Rouge centrafricaine. Dans une odeur pestilentielle, vendredi, des agents de l’ONG emballaient les corps des victimes - tuées par armes à feu ou à la machette.

Depuis le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU, le 5 décembre, l'armée française a lancé son opération en Centrafrique. Pour le moment, cela s’est traduit par un renforcement des patrouilles dans Bangui et par le survol de la capitale par deux avions de combat français Rafale pour impressionner les belligérants.

Rétablir "un minimum de sécurité"

La mission des militaires français, en appui de la force africaine sur place, est d'assurer "une sécurité minimum, permettant à une intervention humanitaire de se mettre en œuvre, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", a expliqué vendredi Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. Cette mission passe "par la sécurisation des rues, des itinéraires principaux pour permettre aux gens d'aller même à l'hôpital", a-t-il expliqué.

Reportage exclusif de FRANCE 24 sur les combats à Bangui

"Un certain nombre de personnes ont été armées, dans la population ou dans des groupes ex-Séléka, qui probablement essaient de se livrer au ‘nettoyage’ de certains quartiers", a constaté le colonel français Vincent Tassel, qui commande les forces françaises à l’aéroport de Bangui, interrogé par FRANCE 24.

"Le colonel Tassel a promis que, s’il le devait, il utiliserait la force sans aucun complexe pour protéger les civils", rapporte Matthieu Mabin, envoyé spécial de FRANCE 24 à Bangui.

Avec AFP

Première publication : 06/12/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Des hommes armés tués par l’armée française à l’aéroport de Bangui

    En savoir plus

  • INTERVENTION MILITAIRE

    Hollande : "Vu l'urgence, j'ai décidé d'agir immédiatement en Centrafrique"

    En savoir plus

  • UNE SEMAINE DANS LE MONDE

    La France, gendarme de l'Afrique ? (partie 1)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)