Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

Afrique

Des hommes armés tués par l’armée française à l’aéroport de Bangui

© AFP

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/12/2013

Les militaires français ont commencé, vendredi, à se déployer en Centrafrique dans le cadre du lancement de l'opération Sangaris. La veille, ils ont tué des hommes armés non identifiés qui avaient ouvert le feu à l’aéroport de Bangui.

"L'opération a commencé", a confirmé à FRANCE 24, vendredi 6 décembre, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. Le lancement de l'opération conjointe entre les forces armées françaises et africaines pour mettre un terme aux combats qui ravagent la République centrafricaine (RCA) intervient au lendemain du feu vert de l'ONU pour cette intervention.

Quelque 92 morts et 155 blessés, par arme blanche ou par balle, ont été enregistrés dans un hôpital de Bangui depuis le début d'une vague de tuerie le 5 décembre dans la capitale centrafricaine, selon un bilan établi ce vendredi par la mission en Centrafrique de Médecins sans frontières (MSF) et transmis à l'AFP.

L’État-major des armées françaises a également annoncé vendredi que des militaires avaient tué la veille des hommes armés non identifiés. Ces hommes avaient ouvert le feu sur leurs positions au niveau de l’aéroport de Bangui, en Centrafrique.

"Des hommes armés dans un pick-up ont ouvert le feu hier matin (jeudi) sur les positions françaises déployées à l’aéroport de Bangui. On a riposté, le pick-up a été détruit et les assaillants ont été tués", a expliqué le colonel Gilles Jarron, porte-parole de l’État-major des armées, sans toutefois donner de détails sur le nombre et l’identité des assaillants.

"Les forces françaises ont développé des patrouilles dans Bangui"

"Les premiers véhicules de l'armée française ont commencé à sillonner les rues de Bangui [capitale de la Centrafrique, ndlr] dans la nuit", a constaté Matthieu Mabin, envoyé spécial de FRANCE 24 à Bangui. Selon le ministre des Affaire étrangères, Laurent Fabius, il y a déjà plus de 650 soldats français dans le pays. "Nous allons doubler [notre présence] d'ici la fin de la semaine", a-t-il assuré vendredi sur France Info.

L'opération militaire, baptisée Sangaris – du nom d'un papillon local – a débuté après une nuit relativement calme dans le centre de Bangui, selon les observateurs sur place. "On sait que dans les quartiers nord et ouest de la capitale ainsi que dans sa périphérie demeurent des groupes armés de ce qu'on appelle les 'anti-Balaka' [milices chrétiennes d'auto-défense opposées au nouveau gouvernement en place depuis mars 2013, ndlr]. Ils ont été rejoints très probablement par des éléments de la garde présidentielle de l'ancien président François Bozizé", rappelle Matthieu Mabin, pour qui l'arrivée de l'armée française a permis d'éviter de nouvelles actions violentes dans la capitale.

Il assure également que, malgré un manque d'informations précises, des "heurts très violents ont eu lieu dans des villes de provinces".

Mandat d'un an de l'ONU

La mission des forces armées françaises, telle que définie par la résolution 2127 du Conseil de sécurité de l'ONU, est de prendre "toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca (force africaine en RCA)". Les militaires de la coalition africaine, dont l'effectif devrait à terme se monter à 4 000 hommes, ont reçu des Nations unies un mandat d'un an pour rétablir l'ordre et stabiliser le pays.

De son côté, Londres va contribuer à l'intervention franco-africaine, dans le cadre d’une «aide logistique limitée", en fournissant des avions de transport militaire C17, a annoncé ce vendredi William Hague, le chef de la diplomatie britannique.

Trois vols, dont l'un doit arriver sous peu à Bangui, sont prévus en décembre pour contribuer au transport des équipements français vers la République centrafricaine, a-t-il précisé dans un communiqué. "Nous sommes, nous aussi, déterminés à jouer notre rôle dans cette lutte contre la violence (...) pour répondre à la crise sécuritaire et humanitaire", a ajouté William Hague.

La Centrafrique est, en effet, plongée dans le chaos et un engrenage de violences communautaires et inter-religieuses entre chrétiens et musulmans. Et ce depuis le renversement en mars du président François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka. Son leader, Michel Djotodia, président auto-proclamé, l'a ensuite dissoute, tout en intégrant une partie de ses combattants dans les nouvelles forces de sécurité.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 06/12/2013

  • INTERVENTION MILITAIRE

    Hollande : "Vu l'urgence, j'ai décidé d'agir immédiatement en Centrafrique"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Crise en Centrafrique : revivez les événements du jeudi 5 décembre

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : des tirs à l'arme lourde dans plusieurs quartiers de Bangui

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)