Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

Afrique

Paris prêt à former 20 000 soldats africains par an

© Capture d'écran FRANCE 24 | François Hollande, vendredi, au sommet de l'Élysée.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/12/2013

Lors du sommet franco-africain, François Hollande a proposé vendredi le concours de la France pour entraîner chaque année 20 000 soldats africains si le continent se dotait d'une force de réaction rapide pour "assurer pleinement sa sécurité".

L’Afrique doit "maîtriser son destin", "assurer pleinement sa sécurité", a martelé François Hollande, vendredi 6 décembre, au cours du sommet pour la paix et la sécurité en Afrique, à Paris. Le chef de l'État a proposé le soutien de Paris si le continent noir se dotait d'une force de réaction rapide.

"La constitution d’une force de réaction rapide sous l’égide de l’Union africaine (…) exige des moyens de commandement et de renseignement", a dit le président dans son discours d’ouverture. "La France est disposée à apporter tout son concours à cette force" en fournissant "des cadres militaires" et en participant "à des actions de formation". "Elle peut entraîner chaque année 20 000 soldats", a assuré François Hollande, qui s'exprimait devant une quarantaine de dirigeants africains réunis pour ce sommet de l’Élysée.

Alors que Paris vient de s’engager pour la deuxième fois en moins d’un an en Afrique en envoyant 1 200 soldats en Centrafrique, l’une des priorités affichées de la France est de permettre aux Africains d’assurer eux-mêmes leur sécurité. D’ici là, la Centrafrique doit faire l’objet, samedi 7 décembre, d’un mini-sommet spécial pour évoquer la situation dans le pays et l’intervention de forces africaines et françaises qui a débuté.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/12/2013

  • COMMERCE

    Comment la France veut reprendre pied dans la bataille économique en Afrique

    En savoir plus

  • SOMMET FRANCE-AFRIQUE

    François Hollande : "La France a besoin des investissements africains”

    En savoir plus

  • INTERVENTION MILITAIRE

    Hollande : "Vu l'urgence, j'ai décidé d'agir immédiatement en Centrafrique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)