Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Afrique

Accalmie dans les rues de Bangui, où patrouille l'armée française

© AFP

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/12/2013

Un calme précaire règne dans les rue de la capitale centrafricaine samedi, au lendemain du déploiement des forces françaises. Les violences de ces derniers jours ont fait plus de 300 morts, selon la Croix-Rouge.

Au lendemain du déploiement des soldats français dans la capitale centrafricaine, les habitants de Bangui ont recommencé à sortir dans les rues, samedi 7 décembre. Depuis  deux jours, ils restaient terrés dans leur maison, terrorisés par les violences qui ont fait plus de 300 morts, selon la Croix-Rouge.

Des patrouilles de blindés de l'armée française sillonnent la ville, où les hommes en armes sont moins nombreux que les jours précédents.

Reportage des envoyés spéciaux de FRANCE 24 à Bangui

Selon les envoyés spéciaux de FRANCE 24, seuls quelques tirs sporadiques d'armes automatiques ont émaillé la nuit de vendredi à samedi, sans commune mesure avec les deux nuits précédentes.

"La présence des Français rassure"

Dès la levée du couvre-feu à 6 heures, des habitants ont commencé à marcher le long des boulevards de la capitale, totalement désertés depuis deux jours, à la recherche de commerces ouverts. Dans certains quartiers, "une petite activité a repris. Des femmes commerçantes font des beignets, de la bouillie", a ainsi raconté un habitant.

"La présence des Français rassure", avait commenté la veille un autre Banguissois. Vendredi 6 décembre, la présidence centrafricaine a décrété que seules les forces africaines, françaises et la sécurité présidentielle étaient autorisées à patrouiller dans la capitale.

Plusieurs personnes ont également cherché refuge aux abords de l'aéroport, où l'armée française et la force africaine ont leurs bases.

Avec AFP

Première publication : 07/12/2013

  • INTERVENTION MILITAIRE

    Hollande : "Vu l'urgence, j'ai décidé d'agir immédiatement en Centrafrique"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Des hommes armés tués par l’armée française à l’aéroport de Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : des milliers de personnes se réfugient près de l’aéroport de Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)